Ecoutez Radio Sputnik
    Un défilé militaire à Pyongyang

    Pyongyang a expliqué ce qu'il considérerait comme déclaration de guerre

    © Sputnik . Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    9292

    La Corée du Nord pourrait percevoir l'arrêt des importations de pétrole comme une déclaration de guerre, a annoncé à Sputnik l'ambassadeur russe à Pyongyang.

    L'arrêt des livraisons de pétrole en Corée du Nord signifierait le blocus total du pays communiste qui pourrait l'interpréter comme une déclaration de guerre, estime l'ambassadeur russe à Pyongyang Alexandre Matsegora dans un entretien accordé à Sputnik.

    «Si les importations de pétrole et de produits pétroliers étaient suspendues, cela signifierait le blocus complet de la Corée du Nord», a indiqué le diplomate.

    Il a rappelé que les officiels nord-coréens avaient promis que Pyongyang considérerait un tel blocus comme une déclaration de guerre.

    Le 22 décembre dernier, le Conseil de sécurité de l'Onu a durci les sanctions visant la Corée du Nord en réaction aux essais nucléaires effectués par Pyongyang durant l'automne 2017. Les nouvelles restrictions concernent les livraisons de pétrole et de produits pétroliers dans le pays.

    En janvier, l'agence Kyodo a fait savoir que les Forces navales japonaises d'autodéfense dépêchaient depuis fin 2017 des navires en mer Jaune et en mer du Japon pour veiller à ce que le régime des sanctions visant la Corée du Nord soit bien respecté.

    Les navires impliqués dans cette mission patrouillent dans ces zones avec pour objectif de détecter les cas de transfert de pétrole de pétroliers étrangers sur des tankers nord-coréens.

    Lire aussi:

    Le Japon garde un œil sur les navires nord-coréens
    Le Conseil de sécurité de l'Onu prend de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord
    Pékin dit «non» aux nouvelles sanctions US à l’encontre de Pyongyang
    Tags:
    blocus, pétrole, sanctions, Conseil de sécurité de l'Onu, Alexandre Matsegora, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik