International
URL courte
Opération turque «Rameau d’olivier» contre les Kurdes à Afrine (114)
2303
S'abonner

«Si nous sommes des alliés, alors les USA devraient prendre cette mesure»: le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a promis qu’Ankara ne discuterait pas avec Washington de son opération à Afrine, en Syrie, et a exhorté les autorités américaines à abandonner leur politique d'armement des forces kurdes.

«Il n'y a pas d'armée américaine à Afrine. Peut-être, il n'y a que des employés de leurs services spéciaux de temps en temps. Nous n'avons donc pas besoin de discuter du sujet d'Afrine avec les États-Unis», a déclaré M.Cavusoglu.

Il a de nouveau exhorté Washington à abandonner la politique d'armement des forces d'autodéfense kurdes (YPG).

«Si nous sommes des alliés, alors les États-Unis devraient prendre cette mesure, si les États-Unis ne le font pas, s'ils n'éliminent pas cette menace, alors nous devrons nous-mêmes détruire cette menace», a déclaré le ministre.

La Turquie ne peut pas faire confiance aux États-Unis, puisque Washington n'a pas tenu ses promesses envers la Syrie, a-t-il souligné, avant d'ajouter: «Ils doivent retirer les YPG de Manbij, et ils doivent couper leurs liens avec les YPG.»

Les divergences de la Turquie avec les États-Unis

Ankara estime que les forces d'autodéfense des Kurdes syriens sont liées au Parti des travailleurs du Kurdistan, qui est reconnu comme un groupe terroriste en Turquie et aux États-Unis.

Les autorités américaines considèrent ouvertement les forces d'autodéfense kurdes comme leurs alliés et continuent à entraîner les forces de sécurité locales en Syrie pour protéger les territoires sous leur contrôle. En réponse, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a promis de détruire ces détachements.

En outre, M.Erdogan a accusé Washington de fournir des armes aux Kurdes. Fin janvier, Donald Trump a assuré que Washington avait arrêté ces approvisionnements.

L'état-major turc a annoncé le 20 janvier le lancement de l'opération Rameau d'olivier contre les milices kurdes positionnées dans la région syrienne d'Afrine. Le lendemain, une opération terrestre a débuté. Des combattants de l'Armée syrienne libre (ASL) y prennent également part.

Damas a fermement condamné les actions d'Ankara, rappelant qu'Afrine était une partie indissociable de la Syrie. Moscou a pour sa part appelé tous les belligérants à la retenue et a exhorté à respecter l'intégrité territoriale de la Syrie.

Dossier:
Opération turque «Rameau d’olivier» contre les Kurdes à Afrine (114)

Lire aussi:

Perquisition à l'IHU où officie le professeur Raoult
«Pédocriminel!»: Jack Lang insulté à Montpellier – vidéo
Macron et Erdogan ont allongé leur entretien, «une clarification sur l’islam a été faite»
Mila s’estime «abandonnée par une nation fragile et lâche» - vidéo
Tags:
Kurdes, Rameau d'olivier, Mevlut Cavusoglu, Washington, États-Unis, Turquie, Syrie, Afrine (Syrie)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook