Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Moscou: les États-Unis auraient pour objectif la partition de la Syrie

    © Sputnik . Maxim Blinov
    International
    URL courte
    24624

    Washington aurait un projet de partition de la Syrie et Moscou lui posera des questions à ce sujet, d'après Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères.

    Les États-Unis se seraient fixé comme objectif la partition de la Syrie, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    «Il semble que les Américains souhaitent diviser la Syrie. Ils ont tout simplement renoncé à leurs déclarations selon lesquelles leur présence en Syrie sans l'accord du gouvernement légitime avait pour objectif de battre Daech et les terroristes. A présent, ils affirment qu'ils y maintiendront leur présence pour s'assurer qu'un processus de règlement politique a commencé en Syrie en vue d'un changement de régime politique [et du départ du président Bachar al-Assad, ndlr]», a indiqué le ministre.

    Selon lui, la Russie posera des questions à l'administration américaine concernant ses projets en Syrie.

    «Les États-Unis courtisent certaines composantes de la société syrienne, notamment celles qui s'opposent les armes à la main au gouvernement. Cela ne produit que des résultats très dangereux», a ajouté M.Lavrov.

    Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a annoncé à la mi-janvier que son pays envisageait de maintenir sa présence militaire en Syrie même après la défaite du groupe terroriste Daech.

    Moscou a déjà mis en garde contre la présence ultérieure de militaires américains sur le sol syrien, dénonçant les dangers que cela représentait pour le règlement politique de la crise.

    Lire aussi:

    Tillerson: «les USA maintiendront leur présence militaire en Syrie»
    Lavrov: certains pays ont mis le cap sur l'effondrement de la Syrie
    Syrie: la présence US sans l’accord de Damas est une violation des fondements de l'Onu
    Tags:
    partition, Sergueï Lavrov, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik