International
URL courte
32577
S'abonner

La télévision d'État syrienne a condamné jeudi les frappes de la coalition internationale contre les forces pro-gouvernementales dans l'est du pays. Selon le média, il s’agit d’une «nouvelle agression».

La télévision d'État syrienne a qualifié jeudi d'«agression» les frappes de la coalition internationale sous commandement des États-Unis portées dans la province syrienne de Deir ez-Zor.

«Dans une nouvelle agression (…) les forces de la coalition ont visé les forces populaires» dans la province de Deir ez-Zor, dans l'est de la Syrie, a affirmé la télévision.

Selon un correspondant de Sana, «l'agression de la coalition avait aussi causé de grandes destructions sur place».

Plus d'une centaine de combattants pro-gouvernementaux auraient été tués dans une série de frappes effectuée par des avions américains dans la province syrienne de Deir ez-Zor, a annoncé mercredi soir un responsable américain, cité par Reuters. La coalition affirme que l'assaut a été mené en représailles à une attaque contre le quartier général des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance rebelle arabo-kurde soutenue par Washington.

Aucun militaire américain se trouvant parmi les FDS n'a semble-t-il été tué ou blessé dans cette attaque, ajoutait-on de même source.

Dans un communiqué diffusé mercredi, la coalition a affirmé que des forces syriennes pro-gouvernementales avaient lancé une «attaque non provoquée» contre le quartier général des Forces démocratiques syriennes.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Macron n’inspire plus confiance aux Français et recourt à l’«autodéfense agressive», selon la presse allemande
Tags:
frappes, Forces démocratiques syriennes (FDS), Deir ez-Zor, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook