International
URL courte
19506
S'abonner

Les dernières actions réalisées en Syrie par la coalition internationale sous la houlette des États-Unis ont démontré que Washington poursuivait l’objectif de s’emparer des avoirs économiques syriens, a déclaré le ministère russe de la Défense.

Le ministère russe de la Défense a critiqué les dernières manœuvres de la coalition internationale sur le territoire syrien:

«Le récent incident a démontré une fois de plus que le véritable objectif du déploiement illégal des Forces des États-Unis sur le territoire syrien n'est plus la lutte contre le groupe terroriste Daech, mais la saisie et le maintien sous leur contrôle d'avoirs économiques qui n'appartiennent qu'à la République arabe syrienne», a annoncé le ministère dans un communiqué.

Dans la nuit de jeudi, plus d'une centaine de combattants pro-gouvernementaux auraient été tués par une série de frappes effectuée par des avions américains dans la province syrienne de Deir ez-Zor, a annoncé mercredi soir un responsable américain, cité par Reuters. La coalition affirme que l'assaut a été mené en représailles à une attaque contre le quartier général des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance rebelle arabo-kurde soutenue par Washington.

Aucun militaire américain se trouvant parmi les FDS n'a semble-t-il été tué ou blessé dans cette attaque, ajoutait-on de même source.

Dans un communiqué diffusé mercredi, la coalition a affirmé que des Forces syriennes pro-gouvernementales avaient lancé une «attaque non provoquée» contre le quartier général des Forces démocratiques syriennes.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Joachim Son-Forget dément avoir voulu secourir les otages français en Irak avec Alexandre Benalla
Zemmour à Jack Lang: «Vous êtes l’idiot utile des Frères musulmans» - vidéo
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Tags:
terrorisme, frappe aérienne, ministère russe de la Défense, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook