Ecoutez Radio Sputnik
    Mossoul

    «La coalition a pratiquement rasé Mossoul sans épargner ni les femmes et ni les enfants»

    © Sputnik . Rafael Daminov
    International
    URL courte
    10427

    Sept mois après la libération de Mossoul des terroristes de Daech par la coalition internationale sous commandement des États-Unis, cette ville irakienne gît toujours en ruines et ses habitants se plaignent de l’odeur insupportable des corps en décomposition. Le rédacteur en chef d’un journal iranien commente la situation pour Sputnik.

    Les forces de la coalition ont abandonné la ville sans apporter aucune assistance à sa population qui ne reçoit pas non plus de soutien de la part du gouvernement irakien, a constaté Emad Abshenas, rédacteur en chef d'Iran Press, dans un entretien accordé à Sputnik.

    «L'histoire montre bien que lors de n'importe quelle opération militaire, qu'il s'agisse d'une opération antiterroriste ou de libération, les États-Unis ne renoncent malheureusement jamais à porter des coups foudroyants ni à perpétrer des tueries, y compris de civils innocents», a constaté l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que les Américains réservaient les appels et mots d'ordre humanitaires à eux-mêmes et non aux autres citoyens du monde.

    «Les États-Unis ont commis des crimes contre l'humanité en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen, en Irak, à Raqqa en Syrie et ailleurs dans le monde. Pourtant, les grands médias qu'ils contrôlent ne donnent aucune information sur ce qui se passe réellement dans telle ou telle région sur laquelle les Etats-Unis ont étendu leur main militaire», a poursuivi M.Abshenas.

    Selon ce dernier, Mossoul a connu à peu près le même sort que la ville syrienne de Raqqa où avaient opéré les terroristes de Daech, mais où vivaient des civils.

    «Sans penser aux habitants de Raqqa, les États-Unis ont bombardé la ville et rasé pratiquement certains de ses quartiers. Depuis son arrivée au pouvoir, Trump est décidé à manifester encore une fois au monde la puissance et le pouvoir des États-Unis. Et il l'a fait, en détruisant Mossoul. Je souligne qu'il ne s'agit pas de la libération, mais d'une destruction pure et simple de Mossoul», a insisté le journaliste.

    Il l'explique par le fait que l'alliance de la Russie, de l'Iran et de la Syrie avait remporté de brillantes victoires dans la lutte contre Daech, alors qu'en cinq ans, la coalition internationale sous commandement des États-Unis n'avait pas réussi à réaliser une opération antiterroriste efficace.

    «Quoi qu'il en soit, elle avait toutes les possibilités pour mener à bien la lutte contre Daech, mais au lieu de cela, la coalition a pratiquement rasé Mossoul sans épargner ni les femmes et ni les enfants», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Lire aussi:

    Poutine appelle l’Occident à enquêter sur la mort des civils à Mossoul et à Raqqa
    «Après Mossoul, Raqqa», ou l'incroyable optimisme de François Hollande
    Les chefs de Daech trouvent refuge à la frontière irakienne
    Tags:
    tuerie, opérations militaires, femmes, civils, enfants, bombardements, Daech, Iran Press, Sputnik, Emad Abshenass, Raqqa, Mossoul, Iran, Syrie, Irak, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik