International
URL courte
3211
S'abonner

En dépit des sanctions prises contre elle, la Russie continue à entretenir des relations commerciales avec ses partenaires occidentaux. Un des exemples illustrant cette réalité est le contrat d’envergure signé avec l’Allemagne et la Commission européenne qui a pour objet de développer la région de la Baltique.

La Commission européenne, la Russie et l'Allemagne ont conclu un accord commercial d'un montant de 8, 8 millions dans le cadre du programme de coopération transfrontalière «Région de la mer Baltique» visant à accélérer le développement de cette zone.

«La région de la mer Baltique, qui constitue notre patrimoine commun, fait face à des défis tels que la préservation de l'écosystème marin, le développement de bonnes liaisons de transport et la lutte contre le changement climatique», a précisé le chef de la Représentation de l'UE à Moscou Markus Ederer.

En outre, selon lui, l'Union européenne et la Russie ont signé en peu de temps plusieurs accords sur des programmes de Coopération transfrontalière, qui ont été complétés par le projet "Région de la mer Baltique", y compris avec la participation de la Pologne et de la Lituanie».

«Cela prouve que même dans ces temps difficiles, la Russie et l'Union européenne sont prêtes à collaborer dans les domaines où elles ont des intérêts communs», a-t-il résumé.

Neuf pays-membres de l'Union européenne, la Russie et la Norvège participent au programme «Région de la mer Baltique» pour rendre cette zone plus innovante, accessible et stable. Ces partenaires ont déjà investi 263,8 millions d'euro dans ce projet.

Lire aussi:

Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
Éric Drouet exfiltré du Salon de l’Agriculture lors de la visite de Macron – vidéo
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Tags:
investissements, projet, Norvège, mer Baltique, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook