Ecoutez Radio Sputnik
    Le QG de la CIA

    La CIA nie avoir versé 100.000 USD à un Russe pour récupérer des données volées à la NSA

    © REUTERS / Larry Downing
    International
    URL courte
    9142

    La Central Intelligence Agency a démenti s'être fait soutirée 100.000 dollars par un Russe afin de récupérer des logiciels détournés par des hackers. Selon l'agence de renseignements, les personnes flouées dans cette affaire sont les auteurs de la publication.

    La CIA a catégoriquement démenti samedi les informations du New York Times selon lesquelles les renseignements américains ont versé la bagatelle de 100.000 dollars à un Russe qui leur avait promis la restitution d'une cyberarme détournée par des hackers à l'Agence nationale de la sécurité (NSA).

    Selon la Central Intelligence Agency «les personnes flouées ici sont James Risen et Matt Rosenberg», les auteurs de la publication dans le NYT vendredi.

    Cet article met en scène des agents de la CIA tentant durant une bonne partie de l'année dernière de récupérer auprès de leur «contact» russe des programmes d'intrusion informatique volés à la NSA, l'agence nationale de la sécurité américaine.

    Il s'agit de logiciels conçus pour pirater les réseaux informatiques russes, chinois et d'autres pays rivaux, est-il précisé.

    Le journal a indiqué que la valise contenant la somme en question avait été laissée dans un hôtel de Berlin et, comme le précise l'édition, il ne s'agissait que du premier versement, le montant total devant atteindre un million de dollars.

    Outre la cyberarme, le Russe, dont le nom n'est pas divulgué, aurait promis de livrer aux services des documents compromettant sur le Président Donald Trump, quoique les renseignements américains aient souligné ne pas être intéressés par ce genre d'informations de la part de l'individu qui serait prétendument lié aux services spéciaux russes et à des cybercriminels d'Europe de l'Est.

    Après avoir reçu l'argent, le Russe en question n'a restitué aucune cyberarme, se limitant à fournir des informations «non vérifiées et probablement falsifiées» sur le Président américain et son entourage, toujours selon le New York Times.

    En 2016, des hackers avaient volé des logiciels à la NSA. Comme l'écrivait antérieurement le New York Times, le vol a eu des conséquences «catastrophiques» pour l'Agence et ses spécialistes avaient cherché à les récupérer à tout prix.

    Lire aussi:

    NYT: les conséquences du vol de la cyber-arme de la NSA seraient «catastrophiques»
    «Les USA n’ont cessé d’espionner le Brésil»
    NSA en crise: le vol de la cyber-arme «discrédite» l’agence de renseignement
    Tags:
    hackers, NYT, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), CIA, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik