International
URL courte
57507
S'abonner

Alarmé par le plus sévère accès de tension depuis des années impliquant la Syrie, l’Iran et Israël, le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, a déclaré suivre de près «la dangereuse extension» du conflit «au-delà de ses frontières» et appelle tout le monde à faire preuve de retenue.

Le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a appelé samedi, selon son porte-parole, à une désescalade immédiate en Syrie, où Israël a effectué dans la journée plusieurs raids aériens.

M. Guterres «suit de près l'alarmante escalade militaire en Syrie et la dangereuse extension (du conflit, ndlr) au-delà de ses frontières», a déclaré dans un communiqué son porte-parole, Stéphane Dujarric.

L'appel de M. Guterres survient après qu'Israël a mené samedi une série d'attaques aériennes en Syrie, frappant des cibles militaires syriennes mais aussi «iraniennes» et perdant l'un de ses appareils au cours du plus sévère accès de tension impliquant les trois pays depuis des années.

Ces violences, dans lesquelles un pilote israélien a été gravement blessé, constituent la plus sérieuse confrontation entre intérêts israéliens et iraniens depuis 2011 et le début de la guerre en Syrie.

Antonio Guterres a souligné que toutes les parties concernées en Syrie et dans la région devaient respecter le droit international.

«Il (M. Guterres) appelle tout le monde à travailler à une désescalade immédiate et inconditionnelle de la violence et à faire preuve de retenue», a déclaré le porte-parole.
Dans les hostilités en cours en Syrie, «plus de 1.000 victimes civiles de frappes aériennes ont été recensées durant la seule première semaine de février», ajoute le communiqué de l'Onu.

Lire aussi:

Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Pourquoi l’Iran ne réagit-il pas face aux attaques attribuées à Israël?
Tags:
ONU, Antonio Guterres, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook