Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Trump dévoile ses appétits militaires pour 2019

    © REUTERS/ Joshua Roberts
    International
    URL courte
    33675

    Le Président américain veut que le Congrès approuve l'octroi de 716 milliards de dollars aux besoins de la défense pour l'année financière 2019.

    Donald Trump veut dépenser 24 milliards de dollars sur la modernisation du programme nucléaire des États-Unis conformément à la récente Revue de posture nucléaire, selon le projet de budget pour 2019.

    «Le Budget demande 24 milliards de dollars pour moderniser et soutenir les trois piliers de la triade nucléaire (sol, mer et air) ainsi que les systèmes de commande, de contrôle et de communication des forces nucléaires», lit-on dans le document.

    Au total, le dirigeant US veut que le Congrès approuve l'octroi de 716 mds USD aux besoins de la défense pour l'année financière 2019, a annoncé le Contrôleur des Comptes au Pentagone David Norquist.

    Sur ce montant, 617 milliards de dollars seraient destinés «aux besoins de base» de l'armée américaine et 69 mds USD à la poursuite des opérations militaires menées en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Yémen, en Somalie et dans d'autres pays.

    Le développement de l'avion de chasse F-35 Joint Strike et du bombardier à long rayon d'action B-21 nécessitera respectivement 10,7 et 2,3 mds USD.

    Le locataire de la Maison-Blanche a souligné qu'il souhaitait «réduire» l'arsenal nucléaire des États-Unis dans l'avenir, tout en indiquant que cela dépendait de la politique menée par les autres pays.

    Lire aussi:

    Structure de la dette publique des États-Unis
    Donald Trump: «nous resterons toujours numéro un» dans le domaine nucléaire
    Des trillions dans la guerre mondiale: l’Amérique se met au galop nucléaire
    Tags:
    armes nucléaires, budget militaire, F-35 Lightning II, Northrop Grumman B-21 Raider, Pentagone, David Norquist, Donald Trump, Somalie, Yémen, Syrie, Irak, Afghanistan, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik