Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Donald Trump: «nous resterons toujours numéro un» dans le domaine nucléaire

    © REUTERS / Jonathan Ernst
    International
    URL courte
    27335

    Le Président Trump affirme vouloir réduire l’arsenal nucléaire des États-Unis, mais… à condition qu’il reste le meilleur au monde et que d’autres pays le fassent les premiers.

    Les États-Unis dépasseront toujours les autres pays en matière de potentiel nucléaire, a déclaré lundi le Président Donald Trump présentant un projet de réforme de l’infrastructure américaine aux membres du cabinet et gouverneurs du pays.

    «J’espère que nous pourrons réduire [les armes nucléaires, ndlr] ces prochaines années, mais cela dépend de ce que les autres gens feront. Nous resterons toujours numéro un dans ce domaine… nous dépasserons largement les autres», a indiqué M.Trump.

    Selon le Président, les États-Unis doivent moderniser leurs forces nucléaires et créer des armes atomiques sophistiquées, parce que «d’autres pays» mènent la même politique.

    «S’il s’arrêtent, nous nous arrêterons aussi, mais ils ne s’arrêtent pas et nous devons donc dépasser tout le monde dans le domaine du potentiel nucléaire. J’espère qu’ils s’arrêteront et s’ils le font, nous le ferons deux minutes plus tard. A vrai dire, je voudrais me débarrasser de nombreuses [ogives nucléaires, ndlr] et s’ils le font, nous suivrons leur exemple», a noté M.Trump sans préciser de quels pays il parlait.

    D’après le projet de budget américain pour 2019, Donald Trump veut dépenser 716 milliards de dollars pour la défense dont 24 milliards de dollars pour la modernisation du programme nucléaire des États-Unis conformément à la récente Revue de posture nucléaire.

    Lire aussi:

    Des trillions dans la guerre mondiale: l’Amérique se met au galop nucléaire
    Faut-il redouter une frappe nucléaire russe?
    Les USA relancent la course nucléaire
    Tags:
    potentiel nucléaire, nucléaire, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik