Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires US en Syrie

    La présence US en Syrie, c’est pour combien de temps?

    © AFP 2018 AHMAD AL-RUBAYE
    International
    URL courte
    11137

    Le chef de la diplomatie russe soupçonne que les États-Unis souhaitent maintenir leur présence militaire sur le territoire syrien aussi longtemps que possible.

    La Russie a l'impression que les États-Unis comptent rester en Syrie «pour longtemps, si ce n'est pour toujours», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'issue de négociations avec son homologue belge Didier Reynders.

    «Pour justifier leur présence en Syrie, nos collègues américains disent qu'il faut qu'ils y restent non seulement jusqu'à l'accomplissement des tâches militaires mais aussi jusqu'au lancement d'un processus politique durable qui devrait déboucher sur une transition du pouvoir qui sera acceptable pour tous, c'est-à-dire pour les États-Unis. Or, nous avons l'impression […] que les États-Unis veulent y rester pour longtemps, si ce n'est pour toujours», a indiqué le chef de la diplomatie russe.

    Les États-Unis dirigent une coalition internationale anti-Daech qui intervient dans la crise syrienne depuis 2014 sans l'aval du gouvernement de Damas.

    En janvier dernier, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a souligné qu'il était «crucial pour notre intérêt national» de maintenir une présence militaire et diplomatique en Syrie.

    Selon lui, un retrait total du personnel américain à ce stade aiderait le Président syrien Bachar el-Assad «à continuer de brutaliser son propre peuple».

    Lire aussi:

    Lavrov: les USA veulent isoler une grande partie de la Syrie du reste de son territoire
    Moscou: les États-Unis auraient pour objectif la partition de la Syrie
    Lavrov rappelle à Tillerson que personne n’a invité les États-Unis en Syrie
    Tags:
    présence militaire, intervention, crise syrienne, coalition anti-Daech, Rex Tillerson, Sergueï Lavrov, Didier Reynders, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik