Ecoutez Radio Sputnik
    Markus Ederer

    Accord nucléaire avec l’Iran: l’UE plus proche de Moscou et de Pékin que de Washington

    © Sputnik . Anton Denisov
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2018) (38)
    13300

    L’Union européenne regrette que les États-Unis ne partagent pas sa position sur le Plan d'action global conjoint pour l’Iran, selon l’ambassadeur de l’UE en Russie.

    L'Union européenne considère le Plan d'action global conjoint (PAGC) sur le programme nucléaire iranien comme un accord d'importance et regrette que les États-Unis tiennent une position différente en la matière, a déclaré mercredi l'ambassadeur de l'UE en Russie Markus Ederer.

    «L'UE estime sans ambiguïté que l'accord ne concerne que les questions nucléaires. S'il s'agit de la non-prolifération des armes nucléaires, cet accord est la meilleure chose que nous aurions pu atteindre alors et que nous avons aujourd'hui. L'Iran le respecte, ainsi qu'en témoigne l'AIEA, et l'UE n'a aucune raison de remettre en cause cet accord. Nous regrettons que les États-Unis aient une autre vision de ce problème», a indiqué le diplomate dans une interview au quotidien Kommersant.

    La position de l'UE en la matière est «plus proche» de celle de la Russie et de la Chine, selon lui.

    «En ce qui concerne d'autres questions, comme le programme iranien de missiles balistiques ou le rôle de Téhéran dans la région, l'Union européenne formule des critiques plus fortes que la Russie. Mais nous estimons que ces questions doivent être traitées indépendamment de l'accord nucléaire», a encore dit Markus Ederer.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2018) (38)

    Lire aussi:

    La diplomatie européenne appelle les PME de l’UE à coopérer avec l’Iran
    L’Iran s’exprime sur le but des nouvelles sanctions des États-Unis contre Téhéran
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Tags:
    Plan global d'action conjoint (JCPOA), programme nucléaire iranien, Union européenne (UE), Markus Ederer, Iran, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik