International
URL courte
Par
8311
S'abonner

Emmanuel Macron a-t-il deux messages, l’un à destination des Français, l’autre à celle des entreprises internationales? Protéger les secteurs stratégiques ou attirer les investissements étrangers: le gouvernement semble hésiter sur la marche à suivre, quitte à envoyer des signaux contradictoires.

Quelle politique Emmanuel Macron souhaite-t-il en matière d'investissements étrangers et de protection des fleurons de l'industrie française? Sur ces grands dossiers, le Président de la République n'a cessé de souffler le chaud et le froid depuis qu'il est ministre du gouvernement Hollande.

Le 16 février, Édouard Philippe annonçait, lors d'un déplacement dans une usine de L'Oréal dans l'Oise, la volonté du gouvernement de renforcer le décret Montebourg. Le texte, également appelé décret Alstom, visait à élargir le nombre de secteurs protégés par l'État, car stratégique.

En 2014, à la suite de l'annonce de rachat d'une partie d'Alstom par l'américain General Electrics, le ministre chantre du made in France avait inclus l'eau, la santé, l'énergie, les transports et les télécommunications aux secteurs déjà protégés par un décret de 2005, qui se limitait aux secteurs impliqués dans le militaire.

L'annonce du Premier ministre de mettre en œuvre des mesures visant à protéger plus d'entreprises est le dernier exemple en date du paradoxe Macron sur ce sujet. D'abord ministre, puis candidat et enfin Président, Emmanuel Macron n'a, depuis qu'il est devenu une figure publique, pas su choisir sur quel pied danser.

En 2014, Arnaud Montebourg, alors membre du gouvernement, avait bloqué les rachats de SFR par Numericable et des activités nucléaires d'Alstom par General Electrics grâce au décret éponyme. Dès son arrivée à Bercy, Emmanuel Macron avait pris le contrepied de son prédécesseur et décidait de débloquer les ventes de ces deux géants français en donnant son accord, devenu indispensable avec la disposition de l'ancien ministre du redressement productif.

Ministre de François Hollande, Emmanuel Macron s'affichait comme libéral, déterminé à attirer les investisseurs. Il n'hésitait d'ailleurs pas à se faire l'avocat d'une plus grande implication des fonds d'investissements et de capital-risque, mais aussi des petits épargnants dans la vie de l'entreprise.
Le candidat Macron développait un argumentaire similaire, appuyant la nécessité d'attirer les investisseurs étrangers grâce à une baisse de l'impôt sur les sociétés et une réforme du Code du travail.

Pourtant, à peine élu, le Président Macron avait freiné une vente importante, celle des chantiers de l'Atlantique détenus par STX France à l'italien Fincantieri. Inquiet quant au respect des engagements du constructeur naval, il était allé jusqu'à nationaliser temporairement les chantiers de Saint-Nazaire pour renégocier la vente de ce fleuron de l'industrie.

Ce geste, en contradiction avec les déclarations d'Emmanuel Macron, avait surpris en France et marqué les investisseurs étrangers. L'enthousiasme provoqué par l'élection du candidat d'En Marche! et la promesse d'une nouvelle ère dans la relations entre le monde politique et le monde des affaires était retombé avec la nationalisation de STX France. Le nouveau candidat retombait dans les vieux travers français.

Cet épisode s'était suivi de nombreux appels du pied en direction du milieu des affaires et des investisseurs étrangers. La campagne de communication Choose France, les bourses attribuées aux scientifiques souhaitant s'installer en France ou encore l'annonce d'un plan d'investissement de 57 milliards d'euros pour moderniser le pays sont autant d'éléments s'inscrivant dans une démarche de séduction adressée aux investisseurs étrangers.

Aujourd'hui, il semblerait que le gouvernement ait fait le choix de changer à nouveau son fusil d'épaule en remettant sur la table un éventuel élargissement des secteurs stratégiques pour la France. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, avait fait part de sa volonté d'inclure le stockage des données numériques et l'intelligence artificielle aux domaines protégés. Non seulement cela devrait être le cas, mais les nanotechnologies, l'industrie spatiale et les infrastructures financières devraient également être incluses comme des domaines stratégiques.

Si l'initiative de protéger nos champions nationaux est louable, soulignons que cela se fait avec un temps de retard. Les années 2000 et 2010 ont été particulièrement éprouvantes pour l'industrie nationale qui a vu de nombreux fleurons disparaître, à l'image d'Arcelor, d'Alcatel, d'Alstom ou encore de Lafarge. 

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
entreprise, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook