Ecoutez Radio Sputnik
    Chine

    La Chine à la conquête du monde? Ses projets pharaoniques dont un en France

    © Sputnik . Maria Tchapligina
    International
    URL courte
    317621

    Ces dernières années, le gouvernement chinois ne cesse de renforcer sa présence économique aux quatre coins du monde. Une ligne ferroviaire en Amérique du Sud, une usine de silice en France, un immense réseau d'infrastructures en Afrique, et ce n’est que quelques exemples. La Chine, s’est-elle déjà taillée la part du lion?

    De l'Asie à l'Amérique du Sud, de l'Afrique à l'Europe, les autorités chinoises investissent des milliards en vue de réaliser leurs projets pharaoniques. Tour du monde de cette ambition géoéconomique.

    Une voie ferroviaire de plus de 5.000 km en Amérique latine

    Dans le cadre du gigantesque projet de nouvelle route de la soie, la Chine entend dépenser 10 milliards de dollars pour construire un réseau ferroviaire de plus de 5.000 km reliant le Brésil à la côte péruvienne tout en traversant la forêt amazonienne.

    Au total, comme l'a annoncé le Premier ministre chinois en janvier 2015, Pékin compte investir 250 milliards de dollars dans ce pays dans les 10 prochaines années.

    En outre, le milliardaire chinois Wang Jing a proposé de construire un canal de 270 km traversant le Nicaragua.

    Un immense réseau d'infrastructures en Afrique

    L'Afrique est un autre pôle d'intérêt pour le gouvernement chinois. En janvier 2015, Pékin a conclu un mémorandum avec l'Union africaine visant à construire un réseau de transport entre les 54 pays de ce continent.

    Le réseau sera composé de lignes de chemin de fer, y compris à grandes vitesse, d'aéroports, de routes ainsi que d'autoroutes. Ces projets sont déjà en cours, des contrats de plusieurs milliards de dollars pour bâtir des lignes ferroviaires au Nigeria, au Kenya, en Éthiopie et au Tchad ont été signés.

    De plus, la Chine entend construire des ports modernes à Dar es Salaam, en Tanzanie, à Maputo, au Mozambique, à Libreville, au Gabon, à Tema, au Ghana et à Dakar, au Sénégal.

    Un canal en Thaïlande

    L'Asie du Sud-Est est aussi au cœur des intérêts du gouvernement chinois. Ainsi, Pékin est déterminé à creuser un canal traversant l'isthme de Kra, en Thaïlande. Un tel projet permettrait de gagner 1.000 km par rapport à la route commerciale actuelle qui passe par le détroit de Malacca, sujet à une forte piraterie.

    En outre, la Chine compte bâtir un port en eau profonde à Kuantan, en Malaisie, et élargir l'aéroport de Malé, aux Maldives. Les investissements s'élèveraient à 511 millions de dollars.

    Une centrale hydroélectrique aux îles Fidji

    Aux îles Fidji, les autorités chinoises se penchent sur un autre projet d'envergure, à savoir une centrale hydroélectrique d'une valeur de 158 millions de dollars.
    Dans l'archipel des Samoa, la Chine construira un hôpital pour quelque 100 millions de dollars.

    L'usine européenne du groupe chinois Quechen Silicon Chemical

    L'entreprise chinoise Quechen Silicon Chemical, numéro trois mondial de la silice pour les pneus verts, a conclu un contrat en application duquel le géant construira à Fos-sur-Mer une usine de production d'une capacité de 90.000 tonnes par an de silice à haute dispersion (HDS) et de matières premières associées. En outre, un centre de recherche et développement y verra le jour. L'investissement est évalué à environ 100 millions d'euros et devrait créer 130 emplois.

    Lire aussi:

    La Chine et sa «diplomatie ferroviaire»
    Comment la Chine conquiert l'Afrique
    La Chine construit sa première base militaire à l’étranger
    Tags:
    route, liaisons ferroviaires, projet, emploi, hôpital, investissements, Éthiopie, Kenya, Amérique du Sud, Afrique, Marseille, Pékin, Tchad, Chine, Brésil, France, Nigeria
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik