Ecoutez Radio Sputnik
    bibliothèque de Sorbonne

    Le nouveau Bac vous apprend (presque) à «prendre le pouvoir»

    © Flickr/ Eleazar
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    591

    Former les élèves à s’exprimer clairement et à défendre leurs arguments, tel est l’objectif du «grand oral», au cœur de la réforme du bac. Une réforme louable, dans un système tourné vers l’écrit... à condition que les élèves maîtrisent un élément fondamental: la prise de parole. Entretien avec Evelyne Charmeux, auteure de «Ap-prendre la parole».

    Finis les mains moites, les joues rouges et la gorge nouée: savoir s'exprimer en public va désormais s'apprendre au lycée. «L'oral est une compétence que tout le monde doit avoir dans sa vie de citoyen», a souligné Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation lors de la remise du rapport du Mathiot, le 24 janvier dernier. C'est «la grande innovation» de la réforme du sacro-saint baccalauréat, prévu pour 2021: baptisé «oral de maturité», il portera sur un projet entamé en classe de première en lien avec les matières principales choisies par l'élève.

    En Italie, l'épreuve d'éloquence est la plus redoutée, et pour cause: «La prise de parole, c'est une prise de pouvoir», estime Evelyne Charmeux, ancienne enseignante et auteure de «Ap-prendre la parole»… Et les Français sont loin d'y être préparés.

    «On parle d'oral, mais ce n'est pas ce qui me semble important, c'est la prise de parole»,

    poursuit cette spécialiste des questions d'Éducation, qui a fait de l'art oratoire son domaine de prédilection. Hormis quelques explosés, le travail de l'oral, à l'école primaire, est «quasiment absent», au collège, «il l'est totalement»:

    «Il est évident que les élèves vont être en très grande difficulté pour vivre ce grand oral. […]
    Ce qui fait peur, dans cette nouvelle épreuve proposée par le ministre, c'est que c'est une prise de parole à l'égard d'auditeurs pluriels. Et c'est ça auquel les élèves n'ont jamais été formés.»

    Car il ne suffit pas de connaître son sujet sur le bout des doigts: la maîtrise de la respiration, du corps, un apprentissage qui devrait faire l'objet «d'un travail de formation continue». Pour Evelyne Charmeux,

    «il faut travailler sur le regard: on sait que l'oral, c'est le regard. Il faut regarder les gens, or beaucoup d'enfants, d'adolescents et même d'adultes ne regardent jamais les gens à qui ils s'adressent»,


    L'ancienne enseignante appelle les élèves à vivre des situations que l'on appelle «"fonctionnelles", c'est-à-dire des prises de paroles effectives et pas faussement scolaires» à travers des enquêtes, des interviews, par exemple. «Il faut savoir vivre des situations et pas seulement répondre au maître quand il pose des questions».

    Mais pour préparer ce grand oral, d'une durée de 30 minutes dont 10 minutes de questions-réponses devant un jury composé de deux professeurs et d'une personne extérieure,

    «les professeurs ne sont pas vraiment formés» non plus et, a priori, «il n'est pas prévu qu'il y ait de formation supplémentaire», souligne Evelyne Charmeux.

    Déjà critiqué, ce grand oral semblerait inégalitaire. Car en parler en public, cela s'apprend et, à défaut d'y parvenir dans des classes où l'effectif peut avoisiner les 36 élèves, ceux qui connaissent déjà quelques codes s'en sortiront mieux.


    «Si on veut que les choses soient justes, il faut que cette prise de pouvoir soit accordée à tous», estime Evelyne Charmeux.

    Lire aussi:

    Éducation nationale : Blanquer va-t-il rapprocher les «déshérités des héritiers»?
    Au lieu de les lire, Trump préfère les rapports du renseignement à l'oral
    Le grand oral télévisé de Poutine en cinq questions
    Tags:
    réformes, examen, lycée, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik