Ecoutez Radio Sputnik
    Rafale

    Les USA auront-ils le SCALP de la nouvelle vente de Rafale à l’Égypte?

    © Sputnik . Sergey Mamontov
    International
    URL courte
    Mike Beuve
    471075

    Tandis que la France espérait conclure une nouvelle vente de Rafale à l’Égypte, les États-Unis bloquent la transaction. En effet, Washington refuse que l’Égypte se dote du missile de croisière SCALP, fourni avec les Rafale, dont un composant est fabriqué aux USA. Sputnik revient avec Alexandre Vautravers sur les raisons d’une telle décision.

    Les États-Unis sur le point de faire capoter la vente de nouveaux Rafale à l'Égypte? Il semblerait que ce soit le cas selon La Tribune. Le journal économique et financier explique qu'une nouvelle vente de douze avions de combat développés par Dassault Aviation serait bloquée par Washington. En cause? La législation américaine et leur norme ITAR (International Traffic in Arms Regulation) qui régule leurs exportations en matière d'armement dans le monde. Or, la vente du Rafale comprendrait également la fourniture du missile de croisière MBDA SCALP, celui-ci étant équipé d'un composant américain. Comment expliquer cette décision du gouvernement américain?

    Pour Alexandre Vautravers, responsable d'une Maîtrise d'Études avancées «Sécurité globale» à l'université de Genève, il s'agit avant tout d'une question d'équilibre des forces au Moyen-Orient car «le gouvernement américain ne souhaite pas qu'un pays comme l'Égypte dispose d'une telle technologie.» En effet, le point d'achoppement n'est pas le Rafale lui-même, dont les composants sont essentiellement français, mais bien sur le missile SCALP.

    «C'est un missile de croisière qui a une portée de plusieurs centaines de kilomètres. Il ne faut pas grand-chose pour armer et équiper le missile de croisière d'une ogive non conventionnelle, donc une arme de destruction massive» explique Alexandre Vautravers.

    Le chercheur associé au Geneva Centre for Security Policy (GCSP) rappelle que la situation n'est pas nouvelle. «Le gouvernement américain a introduit toute une série de législations qui visaient à maintenir ou contrôler le transfert de technologie essentiellement d'origine ou de provenance américaine vers les pays communistes, vers la Russie soviétique à la fin des années 1940.»
    Pourtant, ces différentes législations ont été adaptées et sont toujours en vigueur. Désormais, elles ciblent les «pays qui pourraient se trouver éventuellement en situation de partager ces technologies ou de les transférer plus loin: vers des pays qui seraient problématiques sur le plan des droits de l'homme, sur le plan stratégique, mais également sur le plan des zones de conflit.» En outre, le missile SCALP, assemblé dans une usine du Loir-et-Cher dans le centre de la France, pose un autre problème de taille comme le déclare l'expert.

    «Ce type de missile serait tout à fait problématique dans toute la région du Moyen-Orient s'il venait à être utilisé par exemple contre les intérêts, pourquoi pas israéliens, pourquoi pas engagés en Libye. C'est une arme qui a véritablement un potentiel de changer la balance ou l'équilibre des forces au Moyen-Orient.»

    Ce refus d'exporter un composant fabriqué sur leur sol pose la question plus générale de la dépendance de l'industrie de l'armement en Europe vis-à-vis des États-Unis. Alexandre Vautravers s'accorde à dire que cette situation peut être dangereuse pour l'industrie européenne, notamment en France. Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue qu'actuellement les États européens collaborent afin de mettre au point leur armement.

    «Bien sûr, l'industrie française aurait certainement souhaité avoir un produit 100% français, mais il faut bien entendu considérer le coût de développement de chaque pièce, de chaque partie d'un système de missile de croisière aussi complexe que le SCALP, avec potentiellement une situation où personne ne serait en mesure d'acquérir à l'exportation cette arme.»

    Et de conclure,

    «Donc le missile SCALP a été réalisé en fait en grande collaboration avec d'autres États européens, en particulier la Grande-Bretagne, de manière à ce que les Tornado britanniques ou d'autres appareils puissent mettre en action ce type de missile et puissent se porter acquéreur de ce missile SCALP, qu'il s'agisse de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne ou d'autres pays, il y a quand même des participations ou des coopérations.»

    Lire aussi:

    Quels risques pour l’industrie de l’armement européenne d’être sous la coupe des USA?
    Que peuvent raconter les «missiles intelligents» à l'industrie russe de la défense?
    Nouvelles armes russes: «on est en train de développer une conception vieille de 60 ans»
    Tags:
    ventes, Rafale, Egypte, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik