Ecoutez Radio Sputnik
    Doha, la capitale du Qatar

    Qatar-Iran: malgré le soutien de Téhéran à Doha, des différends persistent

    © Sputnik . Vitaly Belousov
    International
    URL courte
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)
    274
    S'abonner

    Des désaccords existent toujours entre Téhéran et Doha, même si l'Iran soutient le Qatar dans la crise des relations de ce dernier avec les pays arabes, a déclaré le ministre qatari des Affaires étrangères, Mohamed bin Abderrahmane Al-Thani.

    Le Qatar et l'Iran sont toujours partagés par des différends en politique étrangère, malgré le soutien de Téhéran à Doha après la crise des rapports avec les pays arabes, a rappelé mardi le ministre qatari des Affaires étrangères, Mohamed bin Abderrahmane Al-Thani, en prenant la parole lors d'une réunion du parlement du pays.

    «Il existe toujours entre nous et l'Iran un grand nombre de désaccords en matière de politique étrangère et nos positions sont toujours différentes, malgré le soutien iranien du Qatar après l'introduction du blocus par les pays voisins», a-t-il indiqué.

    Dans ce contexte, il a souligné que dans ses relations avec l'Iran, Doha partait de la nécessité de maintenir des relations avec son voisin dans la région. En outre, le Qatar exploite en commun avec Téhéran un gisement gazier, ce qui exige une coordination permanente entre les deux pays.

    En juin dernier, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume de Bahreïn et l'Égypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar et imposé un blocus économique strict à ce petit émirat, en l'accusant de soutenir le «terrorisme» et de se rapprocher de l'Iran dont la politique dans la région est qualifiée d'hostile par ces quatre pays.

    Dossier:
    Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (97)
    Tags:
    positions, politique étrangère, Mohamed bin Abderrahmane Al-Thani, Egypte, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Téhéran, Doha, Iran, Qatar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik