Ecoutez Radio Sputnik
    Des forces turques à Afrine

    Erdogan: l'entrée des forces pro-Damas à Afrine ne restera pas sans réponse

    © AP Photo / Burhan Ozbilici
    International
    URL courte
    631471
    S'abonner

    Le Président turc a jugé inacceptable l'entrée des milices syriennes à Afrine et a déclaré que cette opération ne resterait pas sans réponse.

    Les milices syriennes ont abandonné Afrine après s'être retrouvées sous le feu de l'artillerie turque, a déclaré ce mardi le Président turc Recep Tayyip Erdogan. Les médias turcs avaient eux aussi précédemment annoncé le repli des milices syriennes.

    Une source au sein des milices syriennes avait indiqué pour sa part à Sputnik que les milices étaient entrées dans Afrine et étaient prêtes à des affrontements face à l'armée turque. Il n'y a pour le moment aucune réaction officielle de Damas aux informations sur l'arrivée des milices dans Afrine.

    «Une dizaine de tout-terrain faisant route vers Afrine ont été repérés ce soir, mais à l'issue de tirs d'artillerie [de l'armée turque, ndlr], ils ont dû rebrousser chemin. Pour le moment, on en est là. Nous avons contacté hier le très respecté [Président russe Vladimir, ndlr] Poutine et le très respecté [Président iranien Hassan, ndlr] Rohani, nous avons des ententes sur le sujet. Malheureusement, certains groupes terroristes prennent des décisions erronées, ce qui est inacceptable, et ils devront en assumer la responsabilité», a dit Recep Tayyip Erdogan aux journalistes à Ankara.

    Plusieurs médias avaient précédemment annoncé que, sur concertation entre l'armée syrienne et les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), les troupes gouvernementales auraient dû occuper plusieurs positions à la frontière turque et à Afrine même. L'agence syrienne Sana avait fait savoir lundi que les forces populaires syriennes allaient arriver à Afrine dans les prochaines heures.

    Selon l'agence turque Anadolu, l'avancée des forces pro-Damas a été arrêtée à une dizaine de kilomètres d'Afrine. Face aux tirs de sommation réalisés par l'armée turque, les miliciens auraient reculé.

    Ankara a pour sa part prévenu que ses militaires n'hésiteraient pas à combattre les troupes syriennes si ces dernières entraient dans la zone d'Afrine afin de soutenir les milices kurdes.

    Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a souligné que ses forces opérant dans le nord de la Syrie s'apprêtaient à encercler la ville d'Afrine afin de la couper de «tout soutien extérieur». Un peu plus tard lundi, il a déclaré que l'armée gouvernementale syrienne avait arrêté son avancement sur Afrine après qu'il a tenu des négociations.

    Damas a résolument condamné l'opération de la Turquie à Afrine et a rappelé que la ville faisait partie intégrante de la Syrie. Moscou a pour sa part exhorté toutes les parties en conflit à la retenue et au respect de l'intégrité territoriale de la Syrie.

    La Turquie a lancé le 20 janvier dernier l'opération Rameau d'olivier contre les formations kurdes à Afrine. L'armée turque est épaulée par l'Armée syrienne libre (ASL).

    Tags:
    armée, tir d'artillerie, Rameau d'olivier, Armée syrienne libre (ASL), Anadolu, Sputnik, SANA, Unités de protection populaire kurdes (YPG), Hassan Rohani, Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Ankara, Syrie, Moscou, Damas, Afrine (Syrie), Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik