International
URL courte
13416
S'abonner

L'actuel locataire de la Maison-Blanche a affirmé adopter une position plus dure vis-à-vis de la Russie que son prédécesseur au poste présidentiel américain.

Pour Donald Trump, sa position à l'égard de Moscou est bien plus sévère que celle prônée par Barack Obama durant sa présidence.

«J'ai été beaucoup plus dur à l'égard de la Russie qu'Obama ne l'était, il suffit de regarder les faits!», a écrit le locataire de la Maison-Blanche sur sa page Twitter.

Il a également rappelé qu'avant la présidentielle américaine de 2016 M.Obama avait estimé qu'«aucun homme sérieux ne dirait que vous pouvez manipuler les élections américaines».

​«Et lorsque j'ai facilement gagné le vote du collège électoral, le jeu a changé et l'excuse russe est devenue le récit des Démocrates», a affirmé M.Trump.

Les relations entre la Russie et les États-Unis se sont nettement dégradées sur fond de crise ukrainienne, Washington accusant Moscou d'alimenter le conflit dans le Donbass. Suite à la destruction du vol MH-17 imputée par l'Occident aux indépendantistes du Donbass, la Russie s'est vue imposer les sanctions occidentales les plus sévères depuis la fin de la guerre froide.

Suite à la récente inculpation aux Etats-Unis de 13 Russes pour ingérence dans la présidentielle de 2016, Donald Trump a affirmé sur son Twitter que la Russie avait commencé sa campagne anti-américaine en 2014, «bien avant qu'il n'annonce sa candidature à la présidentielle».

Un communiqué diffusé par la Maison-Blanche par la suite stipule que M.Trump a été informé des inculpations des Russes et qu'il «se réjouit de voir que l'enquête du procureur spécial souligne qu'il n'y a PAS EU COLLUSION entre la campagne Trump et la Russie».

Lire aussi:

Un charmant petit golden retriever dort dans une gamelle – vidéo
Un Bordelais poignardé au cœur en pleine rue pour avoir demandé à des jeunes de ne pas uriner sur un mur
Pourquoi il est dangereux de boire du café pendant la canicule
La Turquie pose un ultimatum à l'armée de Khalifa Haftar
Tags:
guerre froide, sanctions antirusses, MH17, crise en Ukraine, Donald Trump, Barack Obama, Ukraine, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook