International
URL courte
14358
S'abonner

Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a affirmé avoir vécu une attaque de groupes radicaux ce mardi, qui a fait plusieurs blessés parmi la population civile.

Des groupes d'extrémistes ont pilonné depuis la Ghouta orientale des quartiers résidentiels de la capitale syrienne et le Centre russe pour la réconciliation a également essuyé des tirs.

«Des zones résidentielles, des hôtels de Damas, ainsi que le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit, ont été les cibles d'un pilonnage mené par des groupes armés illégaux depuis la Ghouta orientale», a affirmé le Centre russe dans un communiqué.

«Il y a d'importants dégâts et des blessés parmi la population civile. L'attaque n'a pas fait de blessés parmi les militaires russes», est-il précisé dans le document.

Le Centre russe a constaté une aggravation de la situation dans la Ghouta orientale, où ont été enregistrés six pilonnages en une journée, faisant au moins neuf blessés civils. Au total, les groupes d'extrémistes ont tiré 14 obus lors des attaques.

En outre, le centre de coordination conjoint russo-irano-turc a fait état, en l'espace de ces dernières 24 heures, des cas de violation du cessez-le-feu dans les provinces de Lattaquié, d'Alep, d'Idlib et de Homs.

Plus tôt dans la journée, une source au sein de la police de Damas a affirmé à Sputnik que le centre de Damas, partie historique de la ville, a essuyé des tirs depuis dimanche. Mardi dans l'après-midi, les pilonnages des groupes radicaux ont fait au moins cinq morts et une vingtaine de blessés civils.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
extrémistes, militaires russes, blessés, pilonnage, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook