Ecoutez Radio Sputnik
    Une laminerie

    Trump, s’apprête-t-il à déclencher une guerre de l’acier?

    © Sputnik . Alexei Danichev
    International
    URL courte
    836

    Les projets du Président américain de surtaxer ou d’imposer des quotas aux importations d’acier menacent d’un choc systémique le marché mondial, selon le PDG du combinat métallurgique de Novolipetsk. L’UE s’est dite prête à riposter.

    Selon le patron du combinat métallurgique de Novolipetsk, un géant mondial de la sidérurgie, Oleg Bagrine, dans ce cas de figure, le marché aura besoin de beaucoup plus de temps pour se rééquilibrer comparativement aux les cinq années qui ont suivi la chute des prix de 2013. Le département américain du Commerce a recommandé à Donald Trump de limiter les importations d'acier en provenance de Chine, de Russie et d'autres pays. Cependant, l'introduction de droits de douane ou de quotas doit être approuvée par le Président.

    À l'heure actuelle, le marché sidérurgique traverse une période de redressement après l'effondrement des prix des marchés des matières premières.

    La sidérurgie représente environ 5% du PIB russe et 15% des exportations.

    La perte de marchés et l'effondrement des prix suite à la surproduction freineront le redressement dans les régions où est concentrée la sidérurgie russe. Selon le ministère russe de l'Industrie, les mesures restrictives des États-Unis viseront en tout premier lieu le combinat de Novolipetsk, la société métallurgique de tube TMK, ainsi qu'Evraz.

    «Les producteurs russes sont vivement préoccupés par "l'enquête sur l'acier" des États-Unis, car elle pourrait conduire à des mesures protectionnistes ciblées contre des pays concrets, des types de produits concrets, voire contre tous les pays. D'autant plus que le choix des mesures et des types de produits est la prérogative du Président américain. La réalisation d'un scénario négatif, c'est-à-dire l'interdiction ciblée des importations aux États-Unis, pourrait causer des dommages aux fournisseurs de grandes quantités à leurs filiales aux États-Unis», a déclaré un porte-parole du ministère de l'Industrie.

    L'Union européenne a déjà annoncé son intention de réagir de manière «appropriée» à l'introduction de taxes sur les importations d'acier, selon le ministère allemand de l'Économie.

    «Si les restrictions américaines pour les sociétés sidérurgiques européennes se matérialisent, l'UE réagira d'une manière appropriée», a déclaré Margaritis Schinas, porte-parole de la Commission européenne.

    «Nous avons laissé entendre à l'administration américaine au plus haut niveau que nous serions vivement préoccupés par les mesures susceptibles d'influer sur l'industrie de l'UE. Nous adopterons des mesures appropriées pour défendre l'industrie de l'UE et nous sommes prêts à réagir vite et d'une manière adéquate si nos exportateurs sont affectés par des mesures restrictives des États-Unis», a-t-il enchaîné.

    Pendant sa campagne électorale, Donald Trump a plusieurs fois annoncé sa volonté de protéger les productions américaines. Une enquête sur les importateurs d'acier et d'aluminium a été ouverte en 2017, après son entrée en fonction.

    Lire aussi:

    Trump met à exécution sa menace de taxer l’aluminium et l’acier importés aux USA
    L’Europe redoute une guerre de l’acier avec les USA à cause de la Chine
    Lorsque Trump «enterre» un homme de son vivant
    Tags:
    importations, quotas, taxes, acier, Union européenne (UE), Donald Trump, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik