Ecoutez Radio Sputnik
    Alaska

    La Corée du Nord à l’origine de la particule radioactive captée en Alaska?

    © Sputnik . Tatiana Lukianova
    International
    URL courte
    3310

    La particule radioactive découverte dans le ciel de l’Alaska rend les chercheurs perplexes. D’où vient-elle? Les scientifiques ont plusieurs hypothèses…

    La Corée du Nord ou les centrales nucléaires de Tchernobyl ou de Fukushima pourraient être le lieu d’origine de la mystérieuse particule d’uranium enrichi, un matériau radioactif, découverte en 2016 au-dessus des îles Aléoutiennes, d’après une étude scientifique publiée par la revue The Journal of Environmental Radioactivity.

    La particule en question contient 3,1% d’uranium-235, soit une dose quatre fois plus forte que le taux naturel, ce qui fait songer à une origine artificielle utilisé dans des réacteurs. D’après les auteurs de l’étude, qui ont examiné les mouvements des masses d’air de la région, la particule aurait pu provenir d’Asie: du Japon, de la Chine, de la Corée du Sud ou du Nord.

    «Cette quantité de matière radioactive n’est pas très importante. Mais cela signifie qu’il y a quelque part une source d’uranium que nous ne connaissons pas», a indiqué Daniel Murphy, chercheur de l'Administration américaine de l'océan et de l'atmosphère (NOAA).

    L’expert américain du nucléaire civil Arnold Gundersen, qui n’a pas participé à l’étude, rejoint cette théorie.

    «Cela pourrait être la Corée du Nord. Elle possède un petit réacteur et des centrifugeuses à gaz permettant d’enrichir l’uranium-235. Après avoir utilisé de l’uranium enrichi, les Nord-Coréens retirent le combustible utilisé de leur réacteur et produisent du plutonium-239 pour leur programme militaire. Il est possible qu’une partie de l’uranium se soit retrouvée dans l’atmosphère», a affirmé M.Gundersen au journal EnviroNews.

    Selon d’autres hypothèses présentées dans l’étude, la particule inconnue pourrait provenir d’un incident nucléaire ressemblant à celui de Tchernobyl ou de Fukushima. Mais ces théories semblent moins sures, puisque la particule devrait alors se trouver dans l’atmosphère depuis des années selon les accidents dans ces centrales nucléaires.

    Un avion de recherche DC-8 de la NASA a capté une particule d’uranium enrichi, pour la première fois en 20 ans d’observations, lors d’un vol de routine reliant Anchorage (Alaska) à Hawaï le 3 août 2016, dans le cadre de l’opération scientifique Atmospheric Tomography (ATom).

    Pour l’instant, le mystère de l’uranium survolant l’Alaska reste entier. 

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: Netanyahu demande une "ligne rouge"
    L’Iran annonce le retour d’un lot d’uranium enrichi en provenance de Russie
    Washington croit avoir détecté un site secret d’enrichissement de l’uranium par Pyongyang
    Tags:
    uranium, Tchernobyl (centrale nucléaire), centrale nucléaire de Fukushima, NASA, Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), Daniel Murphy, Arnold Gundersen, Asie, Corée du Sud, Corée du Nord, États-Unis, Alaska
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik