International
URL courte
8234
S'abonner

Tandis que le ministère russe des Affaires étrangères a affirmé que la frappe de la coalition internationale de la nuit du 7 au 8 février avait fait cinq morts, possiblement des ressortissants russes, le Pentagone continue d'affirmer que les forces russes avaient prévenu les États-Unis «que les Russes n'étaient pas engagés» dans cette zone.

La frappe réalisée dans la nuit du 7 au 8 février contre des forces progouvernementales en Syrie s'inscrivait dans la stratégie d'autodéfense de l'aviation de la coalition internationale tandis que des militaires russes avaient confirmé au Pentagone, selon lui, qu'aucune unité russe ne se trouvait dans cette zone, a déclaré la porte-parole du Pentagone Dana White.

«Nous nous sommes servis de la ligne de prévention des conflits avant, pendant et après la frappe. Et les Russes nous ont assurés qu'il n'y avait pas de ressortissants russes engagés. Ce sont toutes les informations dont je dispose.»

«Notre raid en Syrie a été mené à des fins d'autodéfense», a-t-elle poursuivi. «Nous avons vu qu'un groupe de militaires potentiellement dangereux avançait vers nous. Nous ne savons toujours pas et je ne veux pas supposer quelles étaient ses intentions et qui étaient dans ce groupe.»

L'aviation de la coalition internationale dirigée par Washington a frappé des forces pro-gouvernementales syriennes dans la province de Deir ez-Zor dans la nuit du 7 au 8 février, invoquant la défense contre une «attaque non provoquée» visant l'état-major des Forces démocratiques syriennes (FDS). Les médias américains ont fait état de 100 morts parmi les combattants progouvernementaux. D'après le ministère russe de la Défense, 25 miliciens syriens ont été blessés. Damas a qualifié ces frappes d'agression et de crime de guerre.

La frappe a provoqué la mort de cinq personnes, possiblement des ressortissants russes, qui n'étaient pas militaires, a annoncé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova. Il y aurait eu également des blessés, ce qui reste encore à vérifier.

Lire aussi:

Opération de police au siège du FC Barcelone, le président Bartomeu arrêté
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
La Russie promet de répondre aux nouvelles sanctions européennes liées à l'affaire Navalny
Tags:
attaque, militaires russes, frappe aérienne, victimes, coalition anti-Daech, Pentagone, Deir ez-Zor, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook