Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov

    Rien ne prouve que le Front al-Nosra soit une cible pour la coalition internationale

    © Sputnik . Eduard Pesov
    International
    URL courte
    14440

    Moscou ne dispose d'aucun témoignage permettant de conclure qu'en Syrie le Front al-Nosra compte parmi les cibles de la coalition internationale menée par les États-Unis, a déclaré Sergueï Lavrov, ajoutant que les USA tentaient de mettre en place des quasi-États à l'est de l'Euphrate.

    Rien ne prouve aujourd'hui que la coalition internationale en Syrie voie dans le Front al-Nosra une cible, a constaté le ministre russe des Affaires étrangères.

    «On n'y touche pas, au Front al-Nosra. Nous ne disposons toujours pas de preuves selon lesquelles la coalition internationale conduite par les États-Unis considérerait le Front al-Nosra comme une cible réelle de ses opérations», a indiqué le chef de la diplomatie russe lors d'une conférence de presse à Moscou.

    En outre, a-t-il poursuivi, Washington fait de l'ingénierie géopolitique et met en place des quasi-États à l'est de l'Euphrate.

    «D'énormes territoires de la rive orientale de l'Euphrate sont convoités par les Américains qui y mettent en œuvre une nouvelle fois leur ingénierie géopolitique et y forment des structures quasi-Étatiques», a-t-il fait remarquer, soulignant que le processus d'Astana empêchait Washington de réaliser ces projets.

    Il y a plusieurs jours, Sergueï Lavrov avait appelé les pays occidentaux qui en avaient les moyens à influencer les combattants du Front al-Nosra et à discipliner cette organisation.

    Lire aussi:

    Le dernier cri de désespoir du copilote du crash du Boeing de Lion Air
    Brigitte Macron déclare forfait après des huées et des sifflets au stade de Reims (vidéo)
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Tags:
    opérations militaires, coalition anti-Daech, Front al-Nosra, Sergueï Lavrov, Astana, Moscou, États-Unis, Washington, Euphrate, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik