Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov

    Rien ne prouve que le Front al-Nosra soit une cible pour la coalition internationale

    © Sputnik . Eduard Pesov
    International
    URL courte
    14440

    Moscou ne dispose d'aucun témoignage permettant de conclure qu'en Syrie le Front al-Nosra compte parmi les cibles de la coalition internationale menée par les États-Unis, a déclaré Sergueï Lavrov, ajoutant que les USA tentaient de mettre en place des quasi-États à l'est de l'Euphrate.

    Rien ne prouve aujourd'hui que la coalition internationale en Syrie voie dans le Front al-Nosra une cible, a constaté le ministre russe des Affaires étrangères.

    «On n'y touche pas, au Front al-Nosra. Nous ne disposons toujours pas de preuves selon lesquelles la coalition internationale conduite par les États-Unis considérerait le Front al-Nosra comme une cible réelle de ses opérations», a indiqué le chef de la diplomatie russe lors d'une conférence de presse à Moscou.

    En outre, a-t-il poursuivi, Washington fait de l'ingénierie géopolitique et met en place des quasi-États à l'est de l'Euphrate.

    «D'énormes territoires de la rive orientale de l'Euphrate sont convoités par les Américains qui y mettent en œuvre une nouvelle fois leur ingénierie géopolitique et y forment des structures quasi-Étatiques», a-t-il fait remarquer, soulignant que le processus d'Astana empêchait Washington de réaliser ces projets.

    Il y a plusieurs jours, Sergueï Lavrov avait appelé les pays occidentaux qui en avaient les moyens à influencer les combattants du Front al-Nosra et à discipliner cette organisation.

    Lire aussi:

    Moscou: l’Occident cherche à épargner al-Nosra pour l’instrumentaliser
    Moscou: al-Nosra épargné par les frappes de la coalition en Syrie
    Lavrov désigne l’ennemi principal en Syrie aidé «de l’extérieur»
    Tags:
    opérations militaires, coalition anti-Daech, Front al-Nosra, Sergueï Lavrov, Astana, Moscou, États-Unis, Washington, Euphrate, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik