International
URL courte
8351
S'abonner

Dans la Ghouta orientale, les terroristes ont pris les civils en otage et les y retiennent en qualité de bouclier pour faire accuser Damas et ses alliés de violer le droit international humanitaire, a déclaré Sergueï Lavrov.

Les djihadistes de la Ghouta orientale utilisent les civils comme bouclier humain, a affirmé le ministre russe des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse donnée à Moscou.

«Ils [les terroristes, ndlr] apportent un grand nombre de souffrances aux civils, ils refusent de les laisser partir, ils les gardent comme bouclier vivant pour assurer leur sécurité ou au moins faire accuser le gouvernement syrien et ceux qui le soutiennent de violer le droit international humanitaire», a indiqué Sergueï Lavrov.

«Les questions sont nombreuses envers la campagne actuelle de critiques contre Damas et contre ceux qui collaborent avec Damas dans la lutte contre le terrorisme pour les accuser de violer le droit international humanitaire», a-t-il souligné.

Sergueï Lavrov a rappelé que «la majorité écrasante de tels témoignages était fournie par les Casques blancs mis en place et soutenus par les États-Unis et la Grande-Bretagne».

Selon lui, les membres des Casques blancs ont été plus d'une fois «convaincus de [fabriquer des, ndrl] "fake news" qui étaient par la suite largement diffusées dans le but d'aggraver la situation dans le contexte des efforts produits pour remplacer les autorités à Damas».

 

Lire aussi:

Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Tags:
Droit international humanitaire, bouclier humain, Casques blancs syriens, Sergueï Lavrov, Moscou, Damas, Royaume-Uni, États-Unis, Ghouta orientale, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook