Ecoutez Radio Sputnik
    Le bâtiment du ministère russe des Affaires étrangères

    La Russie et l’Argentine ont asséché un canal de livraison de cocaïne

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    International
    URL courte
    8201

    Les structures de l'ordre russes et argentines ont assuré le succès d'une opération commune qui a coupé court à la livraison d'un lot de cocaïne sur le marché européen, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

    La Russie et l'Argentine ont réussi à empêcher la livraison d'une importante quantité de cocaïne en Europe, a déclaré ce vendredi le ministère russe des Affaires étrangères sur son site.

    «Il a été établi qu'il [le chargement, ndlr] appartenait à un employé des services techniques de l'établissement dont le contrat avait alors déjà expiré», a-t-il précisé.

    Le ministère a confirmé que le chargement en question a été découvert, prêt à être expédié, il y a un an et demi dans un bâtiment auxiliaire servant d'école et de résidence de l'ambassade de Russie à Buenos Aires.

    Les suspects, citoyens des deux pays, ont été arrêtés et mis en examen, a poursuivi le ministère. Le dossier sera remis par la suite à la justice.

    En outre, le ministère russe a fait remarquer qu'il était étonné de la couverture du sujet par les «experts».

    «Certains en sont arrivés à affirmer que ce cas jetait une ombre sur notre représentation diplomatique. Or, c'est justement le contraire, car le succès de cette opération a été garanti par les efforts efficaces de l'ambassadeur et du personnel diplomatique russes », a ajouté le ministère pour conclure.

    Lire aussi:

    Un coup médiatique sur l’affaire de la cocaïne en Argentine: la réponse de Moscou
    La diplomatie russe dénonce les fausses informations concernant le «scandale cocaïne»
    L’ambassadeur US convoqué au ministère russe des Affaires étrangères
    Tags:
    ambassade, cocaïne, ministère russe des Affaires étrangères, Buenos Aires, Europe, Argentine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik