Ecoutez Radio Sputnik
    La Ghouta orientale

    Une «attaque chimique» préparée par des terroristes dans la Ghouta orientale

    © Sputnik . Mikhaïl Voskressenski
    International
    URL courte
    17040

    Des terroristes préparent une provocation à l'arme chimique dans la banlieue de Damas, a affirmé à Sputnik Ahmad Kazem, chef du Réseau syrien des droits de l'Homme.

    Des bandes armées radicales préparent une provocation avec emploi d'une arme chimique dans la banlieue orientale de Damas, a déclaré à Sputnik le chef du Réseau syrien des droits de l'Homme, Ahmad Kazem.

    «Le Réseau syrien des droits de l'Homme met en garde contre une éventuelle attaque chimique [de la part des djihadistes, ndlr], selon nos propres informations dans la Ghouta orientale [banlieue de Damas investie par des terroristes, ndlr]», a noté Ahmad Kazem.

    Il a fait remarquer que les terroristes pourraient employer une arme chimique contre l'armée syrienne et les civils et en rejeter la responsabilité sur le gouvernement syrien.

    Toujours selon Ahmad Kazem, les informations dont il dispose indiquent que les terroristes empêchent les civils de rejoindre les territoires contrôlés par les troupes gouvernementales et se servent de la population comme d'un bouclier humain.

    Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a annoncé précédemment, se référant à un habitant de la province d'Idlib, que le Front al-Nosra avait fait entrer dans la localité de Serakab plus de 20 bouteilles de chlore, préparant apparemment une provocation avec la participation de casques blancs et, éventuellement, de journalistes étrangers.

    Damas a fait état à plusieurs reprises de provocations avec emploi de substances toxiques de la part de terroristes à Alep, dans la province d'Idlib et dans la banlieue de Damas.

    Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme (HCDH) avait précédemment annoncé sur son site que depuis le 4 février, plus de 340 civils avaient été tués et plus de 870 autres blessés dans la Ghouta orientale. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avait pour sa part appelé les parties au conflit en Syrie à garantir l'accès des médecins dans la Ghouta orientale.

    La Suède et le Koweït ont pour leur part diffusé au Conseil de sécurité de l'Onu un projet de résolution réclamant un cessez-le-feu de 30 jours en Syrie pour permettre la livraison d'aide humanitaire et des évacuations médicales.

    Les forces gouvernementales syriennes mènent actuellement une opération dans la Ghouta orientale en vue de nettoyer la zone de groupes islamistes, notamment de Jaysh al-Islam, mais aussi du Front al-Nosra, d'Ahrar al-Sham et de Faylaq al-Rahmane.

    Lire aussi:

    Moscou met en garde contre les «intox» sur l’utilisation d'armes chimiques en Syrie
    Moscou: les victoires de Damas poussent les USA à l’accuser de raids sur des hôpitaux
    Défense russe: cinq groupes terroristes ont créé un centre de commandement unique en Syrie
    Tags:
    attaque chimique, terrorisme, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Front al-Nosra, Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HDCH), Sputnik, Alep, Idlib, Ghouta orientale, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik