Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    La solution du conflit israélo-palestinien continuera-t-elle de dépendre surtout des USA?

    © REUTERS / Mohamad Torokman
    International
    URL courte
    453

    Le président palestinien Mahmoud Abbas a réclamé lundi depuis la tribune de l’Onu la mise en place d’un mécanisme international multilatéral pour régler le conflit israélo-palestinien. Or, comme le juge un expert interrogé par Sputnik, il s’agit d’une mesure qui n’aura pas d’effets et la résolution du conflit dépendra de Washington.

    Avancée à l'Onu par le président palestinien Mahmoud Abbas, la proposition de mettre en place un mécanisme international multilatéral et émanant d'une conférence internationale pour régler le conflit israélo-palestinien est une tentative pour limiter la prédominance des États-Unis dans le processus de paix, constate dans son commentaire à Sputnik Abdul Sattar Qassem, professeur de sciences politiques à l'Université nationale An-Najah de Naplouse. Or, ce dernier doute que cette tentative puisse aboutir.

    «Y a-t-il un pays dans le monde qui puisse se positionner comme un véritable intermédiaire entre lui (Abbas) et les Israéliens? Je ne pense pas. Par ailleurs, même si ce pays existait, Israël l'accepterait-il comme médiateur? C'est une question majeure», explique le politologue, rappelant que l'État hébreu avait laissé entendre à plusieurs reprises qu'il n'accepterait aucun médiateur autre que les États-Unis.

    Aux yeux de l'expert, le mécanisme lui-même que M.Abbas essaie de mettre en mouvement est inutile.

    «Nous avons d'ores et déjà un cadre international pour traiter le conflit dans la région, c'est le Quartet. Ce dernier compte la Russie, l'Union européenne, les Nations unies et les États-Unis», rappelle l'expert qui souligne que même ce Quartet pour le Proche-Orient reste sous la coupe de Washington.

    Et d'expliquer, qu'à l'issue de la guerre du Kippour, les États-Unis et Israël étaient parvenus à un accord stipulant que toute solution du conflit au Proche-Orient ne devait passer que par eux deux.

    «Les autres pays pourraient jouer un rôle mineur mais pas un rôle majeur, dans la mesure où ils contribueraient à élaborer une solution durable au conflit, donc ils n'acceptent ni les États-Unis ni Israël», rappelle-t-il.

    Concernant la meilleure façon d'agir à l'avenir pour faire avancer la cause palestinienne, l'expert a fustigé la démarche actuelle de Mahmoud Abbas qui consiste à constamment solliciter la communauté internationale en adoptant une attitude de négociateur qui n'est pas en position de force. Alors que, selon lui, montrer tout le temps sa faiblesse n'est pas le meilleur moyen de faire de la diplomatie.

    «Abbas a erré dans la communauté internationale, il s'est rendu dans les institutions internationales pour essayer d'obtenir la soumission de résolutions à l'Onu. Actuellement, nous avons des centaines de résolutions en faveur de la cause palestinienne, dont les Palestiniens n'ont rien retiré. Ces résolutions n'ont pas changé la vie réelle de la population palestinienne, alors que nous avons gaspillé du temps, des efforts et de l'argent, nous devons repenser notre action à l'avenir», a conclu Abdul Sattar Qassem.

    Lire aussi:

    «Trump est prêt au dialogue avec Mahmoud Abbas, et Poutine joue le rôle d'intermédiaire»
    Poutine: la Palestine et Israël doivent combattre ensemble le terrorisme
    Israël et Palestine, entre «impasse» et «piège mortel»!
    Tags:
    conflit israélo-palestinien, Mahmoud Abbas, Palestine, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik