Ecoutez Radio Sputnik
    Canton d'Afrine, en Syrie

    Ankara respectera-t-il la résolution du CS de l'Onu sur le cessez-le-feu à Afrine?

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    247

    La résolution adoptée samedi par le Conseil de sécurité qui prévoit l'instauration d'une trêve humanitaire d'un mois arrêtera-t-elle l'offensive menée par Ankara sur le sol syrien depuis le 20 janvier?

    Votée samedi, la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sur un cessez-le-feu de 30 jours en Syrie n'aura aucune répercussion sur l'opération menée par l'armée turque dans le canton d'Afrine, cette dernière «visant les terroristes», a déclaré dimanche le vice-Premier ministre turc Bekir Bozdag.

    «Il est hors de question que la décision du Conseil de sécurité de l'Onu se répercute sur l'opération Rameau d'olivier, cette dernière visant les terroristes», a-t-il déclaré aux journalistes.

    Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté samedi à l'unanimité une résolution instaurant un cessez-le-feu humanitaire d'un mois en Syrie. Cette mesure, souligne le document, créera les conditions pour «une livraison immédiate de l'aide humanitaire» à la population ainsi que «pour l'évacuation des personnes gravement malades et blessées».

    L'armée turque mène depuis le 20 janvier l'opération Rameau d'olivier contre les Kurdes à Afrine, dans le nord de la Syrie. Cette région est contrôlée par les Unités de protection du peuple kurde (YPG) que la Turquie considère comme la branche militaire du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) interdit dans le pays.

    Lire aussi:

    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    «Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes»: Trump dit qu'il pourrait gagner la guerre en Afghanistan en une semaine
    Tags:
    Kurdes, terrorisme, résolution, cessez-le-feu, Conseil de sécurité de l'Onu, Syrie, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik