International
URL courte
191
S'abonner

La police britannique a annoncé avoir lancé une opération à Leicester après avoir reçu des informations sur une forte explosion. Quatre personnes ont été hospitalisées. Pour l'instant, rien n'indique qu'il s'agirait d'un attentat, d'après la police.

Une opération de police britannique est en cours sur Hinckley road, à Leicester à la suite d'informations sur une forte explosion.

​«Nous avons affaire à un incident majeur. Tous les services d'urgence s'en occupent. La rue Hinckley Road entre Mostyn Street et Carlisle Street a été interdite à la circulation», a indiqué la police dans un communiqué.

Quatre personnes ont été hospitalisées, précise la police. Les blessés sont dans un état critique, annoncent les médias citant des sources médicales. Dans le même temps, les pompiers indiquent ne pas savoir si la déflagration a fait des blessés.

Selon le journal The Telegraph, des témoins oculaires ont annoncé avoir vu des blessés et des flammes.​​

​D'après les médias, une épicerie et une maison ont été détruites par l'explosion.

La police a conseillé d'éviter le quartier où elle avait lancé son opération. Les habitants du quartier ont été évacués.

Pour l'instant, rien ne permet d'affirmer qu'il s'agit d'un attentat, a noté la police sur Twitter.

​La chaîne de télévision Sky News a pour sa part annoncé que des résidents de Leicester avaient alerté les pompiers vers 19h00 heure locale (20h00 heure de Paris) sur l'explosion. Six véhicules de pompiers se sont rendus sur les lieux.​

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Journaliste expulsée de son siège en direct: le studio de la BBC Arabic dévasté par le souffle de l’explosion - vidéo
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
incendie, explosion, police, Leicester, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook