Ecoutez Radio Sputnik
    Un F-16

    F-16 israélien abattu par la Syrie: les conclusions de la commission d'enquête révélées

    © REUTERS / Murad Sezer
    International
    URL courte
    321584

    Près de deux semaines après le crash d’un F-16 de l’armée israélienne pris «sous le feu syrien», une commission spéciale de l’État hébreu chargée de faire la lumière sur cette affaire a rendu ses conclusions.

    L'équipage du F-16 israélien abattu par la DCA syrienne a commis une «erreur professionnelle» en poursuivant sa mission de combat au lieu de se concentrer sur sa sécurité. Voici la conclusion de la commission d'enquête israélienne qui a été chargée d'analyser les décisions prises par les forces aériennes de l'État hébreu le 10 février.

    Dans un communiqué, la commission indique que l'équipage a été informé à temps du pilonnage mené depuis le sol. Or, les décisions prises par l'équipage ne correspondaient pas aux règles de conduite sous le feu ennemi, indique le document. Quant à l'initiative des pilotes de s'éjecter, celle-ci a été reconnue correcte.

    Touché par la DCA syrienne, un F-16 de l'armée israélienne s'est écrasé le 10 février dans le nord de l'État hébreu. Les pilotes ont dû s'éjecter et sont retombés en territoire israélien, où ils ont été emmenés à l'hôpital. L'un d'eux a été grièvement blessé, a annoncé le commandement des Forces israéliennes de défense.

    Selon l'armée israélienne, il s'agit du premier avion militaire israélien depuis 1982 abattu depuis le sol. L'appareil était impliqué dans un raid contre une base près de la ville syrienne de Palmyre, d'où, selon l'État hébreu, avait décollé un drone iranien avant de violer l'espace aérien israélien.

    Lire aussi:

    Un avion de l’armée israélienne s'écrase après l'attaque de «cibles iraniennes» en Syrie
    La Syrie affirme avoir repoussé une nouvelle attaque aérienne israélienne près de Damas
    Israël confirme avoir frappé plusieurs cibles sur le territoire syrien, dont des DCA
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik