International
URL courte
7285
S'abonner

Les hostilités se poursuivent dans le Donbass ou les victimes se multiplient, mais les médias occidentaux s’en désintéressent à tort, le conflit risquant de s’aggraver sérieusement «grâce» aux efforts des États-Unis et de Bruxelles, a déclaré à Sputnik Enrique Refoyo, politologue espagnol, qui vient de revenir d’une mission humanitaire à Donetsk.

Ce qui se produit dans le Donbass est une guerre civile, et le gouvernement de Kiev qui ne cesse d'encourager le nationalisme ukrainien en est le principal responsable, a indiqué Enrique Refoyo, chef de projets dans l'ONG caritative Vostok Solidaridad Donbass, dans un entretien accordé à Sputnik.

«Si une partie du pays méprise, insulte, attaque et même tue l'autre, il est normal et prévisible que cette autre partie tentera de partir», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Selon ce dernier, ce n'est pas le peuple du Donbass mais le pouvoir ukrainien lui-même qui est séparatiste parce qu'il fait tout pour que les gens à l'est de l'Ukraine quittent leurs maisons ou se sentent en «parias dans leur propre pays».

«Par ailleurs, ce conflit ne cesse toujours pas à cause des États-Unis qui ont intérêt à ce qu'il y ait des clivages qui divisent toute l'Europe et toute la Russie», a poursuivi l'Espagnol.

Et de s'indigner que l'Union européenne n'ait absolument rien fait pour arrêter cette guerre. Qui plus est, Bruxelles permet l'envoi en Ukraine d'«instructeurs militaires américains et canadiens», ainsi que d'armements.

«On a bien l'impression que les politiciens européens se soient vendus à d'autres puissances», a relevé M.Refoyo, scandalisé par le silence que garde la presse internationale, et notamment espagnole, à propos de la «guerre dans le Donbass» et de ses conséquences abominables, dont les milliers de réfugiés et de nouveaux cimetières où sont enterrés les civils tués par les bombes.

Il a promis de revenir dans le Donbass pour les gens qui y restent et qui n'ont pas accepté le gouvernement ukrainien venu au pouvoir à l'issue d'un coup d'État.

«La seule chose que nous pouvons faire dans cette situation est d'essayer de construire des ponts là où d'autres creusent des tranchées pour la guerre», a conclu Enrique Refoyo.

Lire aussi:

Éditorial interdit: le vaccin russe Sputnik V est un partenariat mondial de sauvetage
Guy Georges pourrait être remis en liberté sous peu malgré ses nombreux viols et meurtres
Cet acteur est considéré comme le meilleur James Bond de tous les temps
Escalade des tensions en Méditerranée orientale: la Turquie à l’offensive
Tags:
guerre civile, médias, aide humanitaire, gouvernement, coup d'Etat, Sputnik, Union européenne (UE), Enrique Refoyo, Espagne, Europe, États-Unis, Kiev, Ukraine, Donetsk, Donbass
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook