Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    «Des centaines d’otages dont des femmes et des enfants» retenus dans la Ghouta orientale

    © REUTERS / Bassam Khabieh
    International
    URL courte
    2228

    Des centaines de civils, dont des femmes et des enfants, sont retenus par des terroristes dans la Ghouta orientale, a annoncé Youri Evtouchenko, représentant du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit, ajoutant que Moscou exhortait les groupes armés à autoriser les civils à quitter la zone.

    La situation dans la Ghouta orientale continue de s’aggraver malgré l’adoption par le Conseil de sécurité de l’Onu d’une résolution sur l’instauration d’un cessez-le-feu. Des groupes armés, sévissant dans la région, retiennent des centaines d’otages, dont des femmes et des enfants, qu’ils n’autorisent pas à quitter l’enclave, a déclaré le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit Youri Evtouchenko.

    «En dépit de la résolution adoptée par le Conseil de sécurité de l’Onu et instaurant un régime de cessez-le-feu long de 30 jours, la situation dans la Ghouta orientale continue de s’aggraver», a-t-il pointé.

    Selon les données du centre, des groupes armés illicites, dont le Front al-Nosra, Jaysh al-Islam et Ahrar al-Cham, continuent de violer la trêve.

    «Pendant ce temps, ils retiennent des centaines d’otages, dont des femmes et des enfants, et exercent des répressions à l’encontre des civils, ne laissant pas les habitants locaux quitter l’enclave», a souligné M.Evtouchenko.

    Et d’ajouter que la Russie exhortait les groupes armés de la Ghouta orientale à relâcher les civils.

    «Nous appelons les groupes armés à déminer les approches du couloir humanitaire et à autoriser les habitants à quitter la Ghouta orientale», a souligné le général.

    Dans le but de sauver la vie des civils, le Centre russe pour la réconciliation et les autorités syriennes ont décidé de prendre immédiatement des mesures pour assurer la sortie des civils, et l'évacuation des malades et des blessés de la Ghouta orientale.

    Samedi, le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté la résolution 2401, réclamant «que toutes les parties arrêtent les hostilités sans délai pour au moins 30 jours consécutifs en Syrie pour une pause humanitaire durable». Le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, et le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme, Zeid Raad Zeid Al-Hussein, ont salué l'adoption de ce document, en soulignant qu'il fallait commencer par le mettre en œuvre dans la Ghouta orientale.

    Lire aussi:

    Moscou regrette la cécité envers «les atrocités des terroristes» dans la Ghouta orientale
    Un sénateur russe désigne le coupable de la situation dans la Ghouta orientale
    Plus de 200 projectiles tirés depuis la Ghouta orientale sur Damas en une semaine
    Tags:
    civils, otage, terrorisme, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Ahrar al-Sham (Libres du Sham), Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), Front al-Nosra, Iouri Evtouchenko, Ghouta orientale, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik