Ecoutez Radio Sputnik
    Maison-Blanche

    S-400 pour la Turquie: Washington menacerait Ankara de sanctions

    © AP Photo / Pablo Martinez Monsivais
    International
    URL courte
    381664
    S'abonner

    Suite au contrat d'achat de systèmes de missiles sol-air russes S-400, les Etats-Unis font tout leur possible pour empêcher Ankara de doter son armée de cette arme, selon un journal turc.

    Les Etats-Unis ont exhorté la Turquie à renoncer à l'achat de systèmes de missiles sol-air russes S-400, sinon Ankara pourrait faire l'objet de sanctions, écrit le journal Haberturk, se référant à une source à Washington.

    Selon l'interlocuteur du quotidien, les Etats-Unis sont préoccupés par la situation, estimant que l'achat de S-400 «est capable d'avoir un impact négatif sur la compatibilité opérationnelle de l'Otan», et il n'est pas exclu que Washington puisse imposer des sanctions à l'encontre d'Ankara.

    Le fonctionnaire américain a souligné que les Etats-Unis voulaient aider la Turquie à trouver «une meilleure alternative pour satisfaire ses besoins en DCA».

    Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, avait déclaré auparavant qu'Ankara n'acceptait pas le langage des menaces, rappelant qu'initialement, la Turquie avait voulu se doter de systèmes de DCA auprès de ses alliés de l'Otan, mais que «ces derniers ont toujours évoqué des problèmes».

    La Turquie, deuxième armée de l'Otan en efectif, a signé avec la Russie un contrat qui prévoit la fourniture de quatre batteries de S-400 pour un montant compris entre deux et deux milliards et demi d'euros, une acquisition qui déconcerte les partenaires occidentaux d'Ankara.

    Lire aussi:

    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Un couple achète un vieux château en France et se met à gagner des millions – photos
    Ils font une découverte macabre à l’intérieur d’un crocodile de 4 mètres
    Tags:
    achat, S-400, Mevlut Cavusoglu, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik