International
URL courte
301264
S'abonner

La politique des sanctions antirusses qui fait du mal non seulement à la Russie, mais aussi à l’Union européenne, n’atteint pas son but, a annoncé Vladimir Poutine après son entretien avec le chancelier autrichien, Sebastian Kurz.

Les sanctions antirusses nuisent non seulement à la Russie, mais aussi à l'Union européenne. Cela étant cette politique n'atteint pas son but, a déclaré Vladimir Poutine lors de la conférence de presse à l'issue de sa rencontre avec chancelier fédéral d'Autriche, Sebastian Kurz, à Moscou.

«Cela [les sanctions, ndlr] fait visiblement du mal aux intérêts de l'Union européenne et de la Russie, mais ce n'est finalement pas claire à qui cela en le plus. Mais les dommages sont clairs pour tous. Et surtout, les buts formulés par les auteurs de cette politique ne sont pas atteints», a indiqué le chef de l'État russe.

Selon lui, l'imposition de ces sanctions est une affaire nuisible qui ne sert à rien.

En ce qui concerne les mesures visant à lever les sanctions, elles doivent être prises par les deux parties, a souligné M.Poutine.

«De notre côté, nous sommes prêts à tout ce qui est en notre pouvoir pour améliorer la situation», a-t-il conclu.

Les sanctions antirusses ont été prises par les États-Unis, l'Union européenne, le Canada et plusieurs autres pays en 2014, sur fond des évènements en Crimée et en Ukraine. En réponse, Moscou a imposé l'embargo sur des produits de l'agriculture de ces états.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Deux cas de contamination au coronavirus confirmés en France, les premiers en Europe
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
sanctions antirusses, président, rencontre, préjudice, sanctions, Union européenne (UE), Sebastian Kurz, Vladimir Poutine, Canada, Crimée, Moscou, Autriche, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik