Ecoutez Radio Sputnik
    Un policier à Paris. Image d'illustration

    Le nombre d’homicides à New York chute, quelle tendance dans les villes européennes?

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    170

    La ville de New York n’a comptabilisé que 290 meurtres pour l’année 2017. Un record historique pour la métropole américaine. Pourtant, malgré cette baisse le taux d’homicides reste bien loin des standards européens. Tour d’horizon sur les tendances dans quelques villes européennes.

    Tout simplement historique. La ville de New York, peuplée de 8,5 millions d'habitants, n'a comptabilisé que 290 meurtres pour l'année 2017, correspondant à un taux de 3,3 pour 100.000 habitants. À titre de comparaison, c'est le nombre d'homicides le plus bas qu'ait connu la métropole américaine depuis les années 1950. Après un pic de 2.245 meurtres en 1991, leur nombre a donc été divisé quasiment par 10 en plus de 20 ans.

    Le chef de la police new-yorkaise, James O'Neill, comme le relate Le Monde, se félicitait d'ailleurs à ce propos: «New York n'est pas le cauchemar violent qu'on voit dans les médias, à la télévision et dans les films. C'est chez nous, et nous allons nous battre pour elle». Pourtant, si New York connaît une diminution notable de son taux d'homicides, il semblerait que cela s'inscrive dans une tendance globale au sein des grandes métropoles européennes. De plus, le nombre d'homicides commis dans la ville de New York reste bien loin des standards européens.

    Selon les chiffres de l'Institut médico-légal de Paris, on note également une chute vertigineuse de 65% du nombre d'homicides à Paris pour la période 1994 (256 homicides) à 2013 (90 homicides) pour une population de 2.229.621 habitants à cette époque. Le taux d'homicides volontaires est passé de 4,8 pour 100.000 habitants à seulement 1,5.

    La ville de Bruxelles connaît également une très forte baisse. Et pour cause, elle atteint son record historique depuis l'après-guerre. En effet, en 2016, d'après les chiffres du parquet de Bruxelles, hors attentat, seulement 46 homicides ont été recensés.

    Londres ne déroge pas à la règle, le nombre d'homicides diminue également. En 2005, la capitale britannique comptait 177 homicides (taux de 2,4 pour 100.000 habitants) et 108 homicides en 2014 (1,3 pour 100.000 habitants) pour une population d'environ 8.308.000 habitants, source Eurostat.

    Enfin, prenons le cas de Zurich qui semble être une des villes les plus sûres, avec un nombre d'habitants bien entendu très inférieur aux autres capitales citées (385.000 habitants). Zurich dénombrait néanmoins quatre homicides en 2009 (taux de 1,1 pour 100.000 habitants) et deux pour l'année 2015 (0,5 pour 100.000 habitants), source Eurostat.

    Pour les experts, cette diminution générale du taux d'homicides peut s'expliquer par de nombreux facteurs tels que la pacification des mœurs. Mais également, l'efficacité des services de police liée à l'amélioration des techniques. Sans compter l'augmentation du nombre de dispositifs de surveillance type caméra. Tous ces éléments additionnés semblent donc freiner le passage à l'acte.

    Lire aussi:

    Plus de meurtres au Mexique que dans des pays en guerre
    Plus de meurtres à Londres qu’à New York, culture des gangs et réseaux sociaux en cause
    Chicago, la ville où une personne se fait tirer dessus toutes les trois heures
    Tags:
    homicide, Eurostat, Zurich, Bruxelles, Royaume-Uni, Londres, Belgique, Paris, New York, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik