Ecoutez Radio Sputnik
    Pentagone

    Des mollusques au plancton: le Pentagone transformerait des organismes marins en capteurs

    © Sputnik . David B. Gleason
    International
    URL courte
    618

    Un nouveau programme américain, élaboré par l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense, prévoit l’utilisation de mécanismes de détection d’organismes marins afin de localiser des navires et sous-marins ennemis.

    L'Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) entend utiliser des organismes marins, des mollusques et des crustacés, ainsi que certains types de poissons pour détecter des menaces sous-marines pour les navires américains, annonce le portail Military Times.

    Le programme PALS (The Persistent Aquatic Living Sensors) prévoit d'étudier des organismes pour déterminer comment ils pourraient assister des systèmes artificiels de détection à enregistrer des déplacements d'appareils sous-marins.

    Les systèmes modernes de détection océanique, basés sur des matériels informatiques, demandent d'énormes ressources, donc ils ne peuvent être utilisés que pour des unités spécifiques telles que les porte-avions, indiqué le responsable de ce programme, Lori Adornato.

    «Si nous pouvons exploiter des capacités de détections innées d'organismes vivants qui sont omniprésents dans les océans, nous pourrons élargir notre capacité à surveiller l'activité d'un ennemi et le faire discrètement, de manière persistante, assez précisément pour déterminer une taille et un type d'appareils d'un ennemi», a-t-il expliqué cité par le portail.

    Contrairement aux moyens techniques, les êtres vivants s'adaptent et réagissent à l'environnement et peuvent sentir des stimuli optiques, chimiques, acoustiques et électriques.

    «Notre scénario idéal pour le PALS est de couvrir un large éventail d'organismes marins indigènes sans avoir besoin de les former, loger ou modifier de quelque façon que ce soit. Cela ouvrirait ce type de détection à de nombreux endroits», a ajouté M.Adornato.

    De surcroît, tous les organismes ne seront pas étudiés dans le cadre du programme. Tous d'abord, il s'agit de ceux qui sont protégés ou qui se trouvent dans des listes d'animaux menacés tels que les mammifères marins.

    «La DARPA interdit directement d'inclure les espèces menacées et les mammifères intelligents tels que les dauphins et les baleines […] dans le programme PALS», a déclaré le porte-parole de la DARPA Jared Adams.

    En plus, les recherches ne seront pas effectuées en haute mer. Les systèmes techniques ne collecteront des données qu'à une distance de 500 mètres des êtres vivants pour ne pas perturber leurs environnements parfois fragiles.

    Lire aussi:

    Un «chasseur de sous-marins» autonome testé aux États-Unis (vidéo)
    Le nouveau robot sous-marin russe permettra d'achever l'ennemi à coup sûr
    Voici ce qui a poussé les baleines à devenir les plus grands animaux sur Terre
    Tags:
    marine, marine US, données, chercheurs, recherches, organisme, DARPA, Pentagone, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik