International
URL courte
27464
S'abonner

Il y a trois ans, un ancien polygone soviétique réaménagé dans l'ouest de l'Ukraine, est devenu un endroit secret pour la formation des officiers de l'armée ukrainienne par des militaires US.

L'ancien polygone soviétique Yavoriv dans l'ouest de l'Ukraine a été réaménagé et transformé en 2015 en école ultra-secrète permettant aux experts militaires américains de former des soldats et des officiers ukrainiens, annonce le quotidien suisse Le Temps.

Selon ce dernier, à part les Américains, la base est également fréquentée par des militaires canadiens, britanniques et lituaniens.
L'objectif est de former le personnel de l'armée ukrainienne pour lui permettre de mieux s'adapter aux normes de l'Otan et d'apprendre à mieux faire la guerre.

En trois ans la «ville-centre» de la base est devenue le cantonnement permanent d'environ 200 soldats américains et de 250 Canadiens qui disposent de leur quartier, de leur mess, de leur salle de sport, de leurs lieux de vie. Ces derniers mois, des Lituaniens ont également répondu présent. Parfois, des militaires délégués des académies de Sandhurst (Royaume-Uni) viennent prendre le pouls des forces ukrainiennes.

Au total, près de 6.000 militaires ukrainiens ont été formés depuis 2015 dans cette base secrète, a dévoilé le journal.

Auparavant, le chef adjoint du commandement opérationnel de la République populaire autoproclamée de Donetsk, Édouard Bassourine avait annoncé qu'un groupe d'officiers du Pentagone était arrivé au Donbass afin d'inspecter les troupes ukrainiennes qui se préparaient à passer à l'offensive. Selon Bassourine, les officiers américains étaient accompagnés de leurs homologues de l'état-major général ukrainien.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Une mannequin se voit refuser l’entrée d'un salon d'aéroport à cause de sa tenue jugée inappropriée – images
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Tags:
expert militaire, OTAN, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik