International
URL courte
4010
S'abonner

Comme des groupes radicaux poursuivaient leurs pilonnages, seuls deux enfants ont réussi à quitter la Ghouta orientale en cinq jours de trêve, selon le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

La Ghouta orientale reste le théâtre de provocations de groupes armés illégaux malgré la trêve humanitaire. Selon le général Vladimir Zolotoukhine, porte-parole du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, seuls deux enfants ont réussi à quitter la zone en cinq jours de trêve.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, alors que des groupes armés illégaux poursuivaient leurs pilonnages malgré la trêve, les premiers civils, deux enfants, ont réussi à emprunter le couloir humanitaire reliant la Ghouta orientale à Damas. Des militaires syriens sont venus à leur secours, malgré les tirs des groupes extrémistes armés, et les ont mis à l'abri.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré lundi qu'à la demande de Vladimir Poutine une trêve humanitaire quotidienne serait instaurée dans la Ghouta orientale à partir du 27 février entre 9h et 14h, heure locale.

Entre le 27 février et le 1er mars, cette trêve a été violée à de nombreuses reprises par des groupes radicaux qui empêchent les civils de quitter la Ghouta orientale.

Lire aussi:

Un maire annonce un reconfinement de cinq semaines avant de faire marche arrière - vidéo
«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution
Le frère d’un des émeutiers du Capitole avait dirigé le service de sécurité de Michelle Obama
Deuxième nuit d'émeutes aux Pays-Bas après l'imposition du couvre-feu - images
Tags:
trêve, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Vladimir Poutine, Sergueï Choïgou, Vladimir Zolotoukhine, Damas, Ghouta orientale, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook