International
URL courte
2120
S'abonner

En dépit de toutes les mesures mises en place pour assurer l'évacuation de la population de la Ghouta orientale, aucun civil n'est aujourd'hui encore parvenu à quitter l'enclave, annonce le Centre russe pour la réconciliation des parties des conflits.

Aucun civil n'a pu emprunter le couloir humanitaire pour sortir de la Ghouta orientale durant la sixième pause humanitaire, a déclaré ce dimanche Youri Evtouchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit.

«Entre 9 h00 et 14h00, une nouvelle — la sixième — pause humanitaire a été mise en place sous le contrôle du Centre pour la réconciliation. […] Pourtant, malgré les efforts déployés, encore une fois, aucun civil n'est parvenu à quitter l'enclave», a-t-il précisé.  

Et de préciser que les formations armées dans la Ghouta orientale ont bloqué les sorties de la zone et pilonné le couloir humanitaire.

Au bord d'une catastrophe humanitaire

En 24 heures, le Centre a reçu 39 appels sur sa «ligne rouge», dont plus de la moitié de la part d'habitants de la Ghouta orientale. La population locale manque cruellement d'eau potable, ainsi que de médicaments et de denrées alimentaires, a précisé le général lors d'un point de presse.

«Nous exigeons un arrêt sans délais des crimes de guerre, de provocations armées», a ajouté M.Evtouchenko, avant d'insister sur le fait les formations armées avaient l'obligation d'assurer l'évacuation des civils en toute sécurité.

24 obus en 24 heures

Les combattants de la Ghouta orientale ont tiré 24 obus de mortier sur la capitale syrienne au cours de ces dernières 24 heures, précise le général.

Ces pilonnages ont causé des destructions et fait des victimes civiles.

En outre, selon lui, des cas de violation de la trêve ont été enregistrés dans d'autres gouvernorats, dont ceux de Lattaquié et d'Alep.ils à suivre…

Lire aussi:

Nuit de chaos à Argenteuil, des policiers visés par des tirs de mortiers - vidéos
Un 4e État américain autorise la formation des pelotons d'exécution
Vinnik, programmeur russe, jugé en appel: «on a pris pour argent comptant les éléments envoyés par le FBI»
Nouvelle étape du déconfinement en France: ce qui change à partir du 19 mai
Tags:
pause humanitaire, couloir humanitaire, crise humanitaire, terrorisme, Iouri Evtouchenko, Ghouta orientale, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook