International
URL courte
224
S'abonner

Un tribunal de Londres a reconnu coupable un certain Umar Haque d’avoir tenté, sous couvert de cours de religion, de recruter des enfants pour leur faire perpétrer des attentats à Londres. Mujahid al Sumaidaie, spécialiste britannique des questions de sécurité, a abordé le problème dans un entretien accordé à Sputnik.

Selon la police londonienne, le dénommé Umar Haque enseignait dans une petite école coranique privée, ainsi que dans une médersa dans l'est de la capitale britannique, mais au lieu de donner des cours de religion, il s'appliquait à recruter des enfants, âgés de 11 à 14 ans, dans les rangs de groupes islamistes radicaux.

«Depuis 2012, Umar Haque travaillait comme éducateur religieux dans l'est de la Grande-Bretagne et n'avait jamais été soupçonné de liens avec des groupes radicaux. Mais, en 2015, alors qu'il enseignait prétendument l'islam dans l'est de Londres, on a découvert qu'il faisait voir des vidéos extrémistes et exposaient des conceptions radicales à 300 élèves», a raconté à Sputnik Mujahid al Sumaidaie, expert en sécurité.

Et d'ajouter qu'il s'agissait essentiellement d'enfants âgés d'environ dix ans. Umar Haque leur inculquait que le meurtre était une chose tout à fait normale et pouvait même être considéré comme un acte honorable.

M.al Sumaidaie a indiqué qu'on ignorait quels seraient les fruits d'une telle éducation «religieuse».

«Les recruteurs-terroristes solitaires sont extrêmement dangereux pour le Royaume-Uni, mais aussi pour l'Europe. Ils élaborent en toute indépendance leur plan d'action qui n'est connu que de leurs plus proches compagnons ou parents. De tels personnages sont très difficilement détectables malgré les mesures de sécurité renforcées de la police et des forces de sécurité britanniques», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Selon ce dernier, «la responsabilité de la propagation des idées du radicalisme incombe à la communauté musulmane habitant dans l'est de la capitale britannique».

«Ces gens doivent aider la police qui ne peut pas à elle seule dépister tous les foyers du radicalisme. Il y a à présent une certaine coordination et la coopération en la matière, mais nous constatons que cela ne suffit pas pour une lutte efficace», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

Lire aussi:

«Arrêtez d’emmerder les Français!»: les feux de cheminée dans le collimateur de Barbara Pompili
Projet de loi sanitaire devant le Conseil constitutionnel, ce qui pourrait tout faire capoter
Explosions des «fermes» à batteries lithium-ion, scénario catastrophe pour le monde?
«D'où ça sort que 20% décident du sort de 80%?»: l’exaspération contre les «antivax» monte d’un cran
Tags:
musulmans, radicalisme, islamistes, radicaux, recruteur, islam intégré, Tribunal de Londres, Sputnik, Umar Haque, Mujahid al Sumaidaie, Europe, Londres, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook