International
URL courte
16402
S'abonner

La Résolution du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies portant sur la dégradation de la situation dans la Ghouta orientale n’a aucun rapport avec une attention réelle portée aux droits de l’Homme en Syrie, indique le ministère russe des Affaires étrangères.

Le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies ne prend en réalité pas en compte les droits de l’Homme en Syrie ou les besoins de son peuple dans la Ghouta orientale, a indiqué le département de l’information et de presse du ministère russe des Affaires étrangères.

«Il est regrettable de constater que cette initiative [la Résolution du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies, ndlr] n’a rien à voir avec des préoccupations réelles des droits de l’Homme en Syrie ou les besoins humanitaires de la population de cette région.»

Selon le département, les principaux auteurs de cette Résolution «ont refusé, avec le soutien des États-Unis, d’adopter les amendements proposés par la Russie et d’autre États visant à condamner le terrorisme en Syrie» ainsi que «les pilonnages de quartiers résidentiels de Damas» menés par des formations armées illicites.

«Ainsi, les représentants des États-Unis et du Royaume-Uni ont effectivement confirmé leur réticence à se soumettre aux exigences de la Résolution 2401 du Conseil de sécurité de l’Onu et, en réalité, ont prouvé leur soutien aux combattants qui se trouvent dans la Ghouta orientale, dont la plupart sont liés à al-Qaïda*», a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères. 

Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté le 24 février à l'unanimité une résolution ayant pour objectif d’établir un cessez-le-feu humanitaire de 30 jours sur le sol syrien. Cette mesure, souligne le document, créera les conditions pour «une livraison immédiate de l'aide humanitaire» à la population ainsi que «pour l'évacuation des personnes gravement malades et blessées».

*al-Qaïda est une organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

À deux doigts de la mort: une nouvelle vidéo choc de violences policières publiée par Mediapart
Un contrôleur de tram poignardé pour avoir demandé à des filles de porter un masque
Trump réagit à la fracture du pied de Biden
L’embargo chinois se renforce contre l’Australie, «chien de garde des États-Unis», selon Pékin
Tags:
résolution, droits de l’homme, ONU, Ghouta orientale, Royaume-Uni, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook