International
URL courte
Par
381175
S'abonner

Pris à la gorge, un agriculteur se suicide tous les deux jours en France et la politique agricole ne laisse guère entrevoir d’embellie pour la filière. Un éleveur laitier a décidé de tout plaquer pour déménager… en Russie. Il espère ainsi profiter de la pénurie de lait qui sévit actuellement dans le pays. Sputnik est allé à sa rencontre.

674 agriculteurs se sont donné la mort entre 2007 et 2011. Près d'un suicide tous les deux jours, un excès de mortalité de plus de 20% dans le monde agricole par rapport à la population globale, telles sont les effarantes statistiques publiées en juillet 2017 par Santé publique France. En première ligne, la production laitière et l'élevage bovin, touché de plein fouet par différentes crises, notamment celle du lait, endémique.

Une situation alarmante qui a poussé un éleveur laitier, Philippe Camus, à vendre une partie de son exploitation en France pour déménager… en Russie, accompagné de sa mère, âgée de 88 ans. L'agriculteur de 59 ans espère ainsi profiter de la pénurie de lait et produits laitiers que subit la Russie, due aux sanctions et contre-sanctions entre Moscou et l'Union européenne.

«Je vais produire du lait en Russie. La Russie a besoin de lait. Il faut donc apporter des vaches pour créer de la richesse.»

Pour Philippe Camus, outre l'opportunité commerciale qu'offre la Russie, une autre raison lui a donné des envies d'ailleurs: la politique agricole menée par le gouvernement français, qui étouffe, selon lui, les agriculteurs. Un secteur d'activité pourtant déclaré comme un «investissement stratégique dont dépend notre souveraineté» par Emmanuel Macron.

​«En France, c'est l'administration qui commande. Vous mettez les capitaux et c'est le fonctionnaire qui décide pour vous […] On ne décide de rien, on est les ouvriers agricoles de la DDA [Direction départementale de l'agriculture, ndlr], 365 jours par an, pour 500 € par mois.»

L'herbe serait-elle donc plus verte en Russie? Oui, selon Philippe Camus, comparé à la France où «l'on décourage les gens de prendre des risques, d'investir, où tout est verrouillé.» Soit «vous êtes bien placé», soit «vous n'êtes rien, suivant la formule de notre Président.» L'agriculteur estime que

«la Russie est le pays de la liberté d'entreprendre […] On a plus de choix, on a moins de pression.» En effet, comme Philippe Camus le rappelle, «quand votre marge est de 1 ou 2%, s'il vous arrive un incident climatique, vous êtes morts.»

Avec la volatilité des prix, l'accord Mercosur ou encore l'incertitude entourant la future réforme de la PAC (politique agricole commune), l'exemple de Philippe Camus va-t-il faire des émules?

Lire aussi:

Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
«Je reconnais ma faute»: ce golden retriever fait le coupable devant sa propriétaire
L'armée de Haftar annonce avoir détruit un navire turc transportant des armes - vidéo
Ce métal sept fois plus cher que l’or est menacé par les voitures électriques
Tags:
lait, agriculteur, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook