International
URL courte
17523
S'abonner

L’Occident, et avant tout les États-Unis, n’exclut pas d’instrumentaliser al-Nosra* afin de renverser le gouvernement de Damas, a estimé le chef de la diplomatie russe. Selon lui, la coalition évite de cibler l’organisation terroriste et la Russie dispose de preuves.

Moscou dispose de preuves confirmant le fait que plusieurs membres de la coalition internationale dirigée par les États-Unis cherchent à ménager le Front al-Nosra*, branche syrienne d'Al-Qaïda qui a changé de nom à plusieurs reprises, a déclaré le chef de la diplomatie russe.

«Nos partenaires occidentaux, et avant tout les États-Unis, souhaiteraient (…) soustraire al-Nosra* aux frappes et le ménager en cas de recours de plus en plus flagrant au plan B, consistant à vouloir renverser le régime de Damas», a indiqué Sergueï Lavrov lors d'une visite en Namibie dans le cadre de sa tournée africaine.

M. Lavrov a par le passé plusieurs fois rappelé que le Front al-Nosra*, rebaptisé en Front Fateh al Cham, tout comme Daech*, avait été reconnu par l'Onu en tant qu'organisation terroriste.

Selon les services de renseignement russe, avec 15.000 combattants, le groupe djihadiste Front al-Nosra* reste l'un des principaux piliers du terrorisme en Syrie.

*Le Front al-Nosra et Daech sont des organisations terroristes interdites en Russie

Lire aussi:

Voici pourquoi il ne faut jamais conserver les œufs dans la porte d’un réfrigérateur
Un plongeur parvient à filmer de près un gigantesque requin blanc en Floride – vidéo
Des robots-animaux filment la chasse à couper le souffle d’un grand requin blanc – vidéo
L’affaire Griveaux, révélatrice d’hypocrites
Tags:
Front al-Nosra, Sergueï Lavrov, États-Unis, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook