Ecoutez Radio Sputnik
    centrale nucléaire belge à Tihange

    Menace de catastrophe nucléaire en Belgique? Des pastilles d’iode distribuées

    © AFP 2018 ERIC LALMAND
    International
    URL courte
    7815

    Désormais, le rayon d’action d’une catastrophe nucléaire en Belgique est étendu à 100 kilomètres autour des centrales nucléaires, ce qui revient à couvrir l'ensemble du territoire. La situation incite les autorités à prendre des mesures de précaution et à rendre les pastilles d'iode disponibles gratuitement dès ce mardi.

    Dès ce mardi, les pharmacies belges sont autorisées à distribuer gratuitement des pilules d'iode à tout client qui en demande, conformément au nouveau plan de sécurité nucléaire du ministre de l'Intérieur Jan Jambon. L'information, diffusée lundi par divers médias, a été confirmée par le cabinet du ministre.

    Les pilules d'iode visent à limiter le risque de développement d'un cancer de la thyroïde après une catastrophe nucléaire.

    Tous les Belges sont concernés, et plus seulement ceux qui vivent dans un rayon de 20 km autour des centrales, car, selon le nouveau plan de sécurité, le rayon d'action est étendu à 100 kilomètres autour des centrales nucléaires, ce qui revient à couvrir l'ensemble du territoire.

    Il y a sept réacteurs nucléaires sur le territoire du pays, 25 autres sont situés dans les pays voisins, dans un rayon de 200 kilomètres.

    Bien que les autorités belges qualifient comme «extrêmement faibles» les risques d'incidents nucléaires, dans le pays, elles n'excluent pas l'éventualité d'une catastrophe de grande ampleur. Jusqu'à présent, l'accident nucléaire le plus grave en Belgique s'est produit dans l'Institut des éléments radioélectriques en 2008, dans la ville de Fleurus. De l'iode radioactif avait été rejeté dans l'atmosphère.

    Lire aussi:

    Greenpeace: les centrales nucléaires françaises et belges vulnérables au risque d'attentat
    Et qu'arriverait-il si un avion s'écrasait sur une centrale nucléaire?
    «Les avancées technologiques» rendraient possible un acte terroriste dans une centrale
    Tags:
    iode, accident nucléaire, centrale nucléaire, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik