Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed ben Salmane (deuxième à gauche)

    Mohammed ben Salmane sait quand «la guerre au Yémen prendra fin»

    © AFP 2018 FAYEZ NURELDINE
    International
    URL courte
    3423

    La guerre au «Yémen touche à sa fin» et la crise avec le Qatar «est un problème futile». Ces propos ont été tenus par le prince héritier d’Arabie saoudite, lors d’un entretien avec la presse au Caire.

    Pour le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane Al Saoud, actuellement en visite officielle en Égypte, la guerre au Yémen «s'approche de sa fin» et la «crise avec le Qatar est un problème futile», selon le journal en ligne al-jazirah.

    «La guerre au Yémen est à portée de main de son objectif, qui consiste à rétablir la légitimité et à combattre les rebelles houthis […] sa fin est proche, après la réalisation de ses objectifs […] et ce malgré les pratiques hostiles du tigre en papier qu'est l'Iran», a déclaré le prince saoudien, dont les propos ont été cités par le quotidien, devant un groupe de patrons de la presse égyptienne, réunis au domicile de l'ambassadeur du royaume au Caire, Ahmed ben Abdul Aziz Qattan.

    Questionné sur le conflit qui oppose son pays, avec certains pays du Golfe, à l'État du Qatar, Mohammed ben Salmane, écrit al-jazirah, a considéré que ce qui faisait agir les dirigeants de Doha contre les autres pays arabes était «le complexe psychologique dont ils souffrent». Le prince a souligné que la crise avec le Qatar était «un problème futile» et qu'une «seule rue en Égypte compte plus d'habitants que le Qatar tout entier», selon le quotidien. «La seule façon de régler le problème avec le Qatar est de faire la même chose que ce qu'ont fait les États-Unis avec Cuba en 1959», après que les relations entre les deux pays se sont détériorées, suite à la révolution cubaine. Les États-Unis imposent à ce pays des sanctions économiques depuis octobre 1960, et ils n'ont commencé à lever certaines d'entre elles que lors du premier mandat du Président Barack Obama, a expliqué le dirigeant saoudien.

    «Je n'occupe pas mon esprit avec la question du Qatar. Et celui qui s'occupe de ce dossier a une responsabilité inférieure à celle d'un ministre», a déclaré Mohammed ben Salmane, cité par al-jazirah. «N'importe quel ministre du gouvernement peut régler la crise avec le Qatar», a-t-il ajouté.

    Depuis 2014, le Yémen est en proie à un conflit armé opposant d'une part les rebelles houthis et les militaires loyaux à l'ex-Président Ali Abdallah Saleh, tué le 4 décembre dernier, et d'autre part les forces gouvernementales et les milices populaires loyales au Président en exercice Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite.

    Le Royaume et ses alliés ont aussi rompu, au début du mois de juin 2017, leurs relations diplomatiques puis fermé toutes leurs frontières avec le Qatar, qu'ils accusent d'avoir des liens avec des groupes terroristes et de rapprochement avec l'Iran.

    Lire aussi:

    Crise arabe: les pays du Golfe remontés contre le Qatar
    Washington et Doha sur la même longueur d’onde concernant la crise du Golfe?
    Doha accepterait de céder sur 5 exigences de l’ultimatum
    Tags:
    finale, guerre, crise, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Mohammed Ben Salmane, Yémen, Qatar, Arabie Saoudite, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik