Ecoutez Radio Sputnik
    bitcoin

    Cryptomonnaies: les autorités financières sifflent la fin de la récré

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    International
    URL courte
    Maxime Perrotin
    19734

    Les cryptomonnaies sont dans le collimateur de la Banque de France… et de plusieurs autres puissances économiques. À mesure que la fièvre Bitcoin retombe, les autorités décident de réguler drastiquement l’accès aux cryptomonnaies, tant aux particuliers qu’aux investisseurs institutionnels. Tour d’horizon d’un retour de bâton planétaire.

    L'eldorado des cryptomonnaies est-il révolu? Après la Corée du Sud, le Japon, l'Inde, la Chine, la Russie et l'Angleterre, c'est à présent au tour de la France de se pencher sur l'encadrement des cryptomonnaies. Dans un rapport publié lundi 5 mars, la Banque de France (BNF) préconise un changement drastique de l'approche des régulateurs, tant français qu'internationaux, à l'égard du Bitcoin et de ses pairs —les «cryptoactifs», la BNF se refusant à employer le terme de cryptomonnaies.

    «En ce qui concerne les produits d'épargne, on doit se poser la question de l'interdiction de toute commercialisation dans des véhicules collectifs à destination du grand public, pour réserver ces véhicules aux investisseurs les plus avertis», avance le rapport.

    Un rapport où il n'est pas uniquement question de la «protection des utilisateurs et investisseurs». En effet, selon l'institution monétaire les crypto-actifs «favorisent le financement du terrorisme et d'activités criminelles» et contribue au contournement «des règles relatives à la lutte contre le blanchiment des capitaux» tout en offrant une vulnérabilité prononcée aux piratages informatiques (respectivement, du au caractère anonyme des transactions et au stockage en ligne des avoirs).

    La BNF n'oublie pas non plus la planète, soulignant le «coût environnemental» du «minage» de ces cryptoactifs (leur création par le partage des ressources informatiques sur la toile), qui rappelle-t-elle, à grand renfort de Code monétaire et financier, n'ont pas cours légal en France.

    «Pour la validation d'une seule opération en bitcoin, la consommation d'électricité était estimée en décembre 2017 à 215 kWh, l'équivalent de six mois de travail sur un ordinateur allumé jour et nuit,» souligne le rapport.

    Principale raison appelant à ce tour de vis, aux yeux de la BNF, les importantes fluctuations des cours de ces monnaies virtuelles observés ces derniers mois.

    On se souvient en effet que la valeur d'une unité du Bitcoin, la pionnière des cryptomonnaies, avait atteint les 20.000 dollars à la mi-décembre avant de retomber sous la barre des 6.000 dollars début février. Depuis, le Bitcoin a repris sa progression, alternant les journées de hausse et de baisse, notamment suivant les annonces de régulation des gouvernements (10 960 dollars à l'heure où nous écrivons ses lignes, en recul de 4,91% par rapport à la veille.)

    Un effet «yo-yo» qui n'est pas du goût de l'institution monétaire française, qui voit en ces cryptoactifs des «vecteurs de risques financiers»- pour reprendre les termes employés par son sous-gouverneur, Denis Beau, lors d'un point presse le 5 mars et cités par l'AFP:

    «Les cryptoactifs sont des vecteurs de risques financiers (…) qui doivent conduire leurs utilisateurs et leurs prestataires de services à la plus grande vigilance»

    Des prestataires particulièrement ciblées par la BNF, à savoir les plateformes d'échanges, permettant la conversion et la conservation de ces cryptoactifs, sans oublier les placements et les Initial Coin Offering (ICO)- ces appels de fonds publics réalisés en cryptomonnaies. Ainsi, la BNF propose-t-elle dans son rapport de mieux réglementer ces plateformes en créant un «statut de prestataires de services en cryptoactifs».

    Une accréditation des plateformes d'échange qui rappelle celle mise en place par les autorités japonaises en 2017 afin d'éviter que ne se reproduises des piratages —faute d'un niveau de sécurité adéquat- tels que ceux de la plateforme tokyoïte MtGox, qui s'est fait siphonner pas moins de 630.000 bitcoins entre 2011 et 2013.

    D'ailleurs, la plateforme japonaise Coincheck, qui s'est fait dérober le 26 janvier pour 534 millions de dollars de NEMs- une des 1.300 cryptomonnaies actuellement en circulation- s'était attiré les foudres de l'Agence des services financiers (FSA) —le régulateur financier nippon- qui avait mis en garde la plateforme contre des failles de sécurité.

    Pour autant, les acteurs institutionnels ne sont pas pour autant oubliés, la BNF invitant à limiter la possibilité pour certaines entreprises régulées, comme les banques et assurances, d'«intervenir sur ces cryptoactifs», comme le souligne l'Agence France Presse (AFP).

    «Ces évolutions récentes, ainsi que le développement rapide d'une bulle spéculative, appellent aujourd'hui les régulateurs et superviseurs du système financier à s'interroger sur une évolution du cadre réglementaire adapté à l'essor de ces actifs, dans une démarche concertée à l'échelle européenne et internationale,» note le rapport.

    Estimant «souhaitable» le développement d'une «coordination européenne et internationale», le sujet sera abordé, à la demande des ministres des Finances de la France et de l'Allemagne, lors du sommet du G20 Finances qui se tiendra les 19 et 20 mars à Buenos Aires.

    On notera également que la BNF n'est pas la seule à s'être récemment inquiétée en Europe de la volatilité des cryptomonnaies. Le 2 Mars, depuis les locaux londoniens de Bloomberg, Mark Carney, gouverneur de la Banque d'Angleterre (BOE), appelait à plus de régulation afin de mettre fin à l'«anarchie» des cryptomonnaies. Le 19 février, devant un parterre d'étudiants de la Regent's University à Londres, Mark Carney estimait que le Bitcoin avait «échoué» à s'imposer comme monnaie.

    Lire aussi:

    Pourquoi le marché des bitcoins va bientôt se rétablir
    «Je me sens beaucoup plus tranquille en possédant des Bitcoins qu’en possédant des euros»
    Le bitcoin scindé en deux cryptomonnaies distinctes
    Tags:
    cryptomonnaie, bitcoin, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik