Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-un

    Pourquoi tout ce que vous croyez savoir sur la Corée du Nord ne serait pas correct?

    © AP Photo / Korea News Service
    International
    URL courte
    15603

    Le gouffre entre ce que les médias occidentaux diffusent sur la Corée du Nord et la situation réelle dans le pays est vertigineux, a estimé Loretta Napoleoni, experte internationale sur le financement du terrorisme et la lutte contre Daech*, dans un entretien accordé à Sputnik.

    La Corée du Nord est un État qui se développe rapidement et qui aspire à s'intégrer dans le monde en tant que puissance régionale et même internationale, et non pas comme un pays paranoïaque avec une économie régressive comme le présente la presse occidentale, a indiqué à Sputnik Loretta Napoleoni, experte internationale sur le financement du terrorisme et la lutte contre Daech*.

    «La couverture médiatique de la transformation de la Corée du Nord terrifie. Apparemment, les journalistes n'ont aucune idée ni de l'histoire de la région, ni des forces politiques principales d'aujourd'hui. De toute évidence, la plupart des hommes politiques semblent eux aussi complètement ignorants», a précisé Mme Napoleoni.

    Une refonte de l'État

    Selon l'interlocutrice de Sputnik, au niveau régional et international, Pyongyang occupe aujourd'hui une position plus forte qu'auparavant. Elle a souligné que c'est le dirigeant nord-coréen qui avait assuré une telle reprise dans le pays.

    «Il est pragmatique et il a une vision claire du monde qui est très différente de celle de ses prédécesseurs. Contrairement à Kim Il-sung, qui a abattu le colonialisme, ou Kim Jong-il, qui a grandi dans un contexte de guerre froide, Kim Jong-un appartient à la génération Y, il comprend la mondialisation et sait qu'il est compliqué de s'opposer au monde. En même temps, il sent qu'une opposition traditionnelle entre l'est et l'ouest de l'époque de la guerre froide n'est plus viable. Pour survivre, la Corée du Nord doit se développer du point de vue économique, et c'était son message depuis le début.»

    Les essais nucléaires

    Comme l'a souligné Mme Napoleoni, les essais nucléaires «très publics» menés par la Corée du Nord en 2017 ont joué un rôle crucial dans la réalisation de cette autonomie. Selon elle, certains pays occidentaux doutaient que Pyongyang dispose d'une telle force. Maintenant, il est évident que la Corée du Nord est une puissance nucléaire à part entière.

    «Il est clair que Kim Jong-un n'a pas intérêt à être le premier à effectuer une frappe. Il veut tout simplement qu'on le laisse tranquille, ce que les pays occidentaux devraient faire. Sauf s'ils souhaitent s'engager dans une guerre contre Pyongyang, ce qui engendrera la destruction de l'humanité, et ils ne le veulent pas, bien entendu, l'existence du pays sera ainsi assurée.»

    D'après l'interlocutrice de Sputnik, «les dirigeants mondiaux doivent accepter ce fait, ainsi qu'établir des relations diplomatiques avec la Corée du Nord et lever les sanctions absurdes».

    Les ambitions des États-Unis

    Loretta Napoleoni estime que les autorités américaines utilisent la menace nord-coréenne afin de renforcer leurs positions dans la région Asie-Pacifique et d'y augmenter leurs ventes d'armes.

    «L'emprise des États-Unis dans la région ne cesse de s'affaiblir depuis que la Chine a commencé à devenir la principale puissance militaire. Et quand la Chine dépassera les États-Unis dans ce domaine, leur position deviendra intenable. Et les États-Unis le savent.»

    Selon Mme Napoleoni, le Japon est déjà prêt à reconnaître qu'il n'est plus une puissance influente dans la région. En outre, Moon Jae-in a entamé un dialogue avec Kim Jong-un qui a déjà porté ses fruits.

    *Daech est une organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    L'abandon des essais nucléaires nord-coréens: un leurre pour Trump
    La sœur de Kim Jong-un «serait une personne idéale» pour s’entretenir avec les USA
    La bombe H de la Corée du Nord fait fuir les investisseurs
    Tags:
    économie, tests nucléaires, Kim Jong-il, Kim Jong-un, Corée du Sud, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik