Ecoutez Radio Sputnik
    Sarmat

    Le seul scénario dans lequel la Russie recourra aux armes nucléaires

    © Sputnik . Alexander Vilf
    International
    URL courte
    351366

    Le Président russe espère que les armes nucléaires ne seront plus jamais utilisées dans le monde, et les cas de leur utilisation par la Russie ne concernent que la contre-attaque.

    Vladimir Poutine a annoncé dans une interview accordée au présentateur russe Vladimir Soloviev dans la cadre du documentaire «Ordre mondial 2018», que la décision d'utiliser des armes nucléaires par la Russie ne pourrait être prise que lors de représailles.

    «La décision d'utiliser des armes nucléaires ne peut être prise que dans le cas où nos systèmes d'alerte enregistrent non seulement le lancement de missiles, mais prévoient aussi précisément les trajectoires de vol et l'heure d'impact des ogives sur le territoire russe. C'est ce que l'on appelle une contre-attaque réciproque, quand nous avons le droit légitime de riposter», a indiqué le Président russe.

    «Oui, ce sera une catastrophe globale pour l'humanité, ce sera une catastrophe globale pour le monde, mais en tant que citoyen russe, comme chef de l'État russe, je veux me poser cette question: pourquoi a-t-on besoin d'un monde sans la Russie?»

    Vladimir Poutine a également rappelé que la Russie n'était pas l'unique pays possédant des armes nucléaires. Outre les États-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni et la Russie, le Président russe a également mentionné l'Inde, Israël et le Pakistan comme puissances nucléaires non-reconnues.

    «Si ces pays ont des armes nucléaires, pourquoi la Russie ne devrait-elle pas en posséder?! », a poursuivi M. Poutine en posant cette question rhétorique.

    Lire aussi:

    «Nous sommes à deux doigts d'une guerre nucléaire»
    Au seuil de la guerre nucléaire: la psychologie des aspirations de Pyongyang
    Poutine cite les causes du recours à l’arme nucléaire
    Tags:
    armes nucléaires, Vladimir Poutine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik